A l’ISNAB, une formation à distance pour repenser notre BTSA ACSE à orientation AB.

L’ISNAB, établissement du réseau CNEAP, s’est engagé, pour son BTSA ACSE, dans une orientation « agriculture biologique ».

Pour accompagner la mise en œuvre de ce projet, au-delà des aspects techniques, l’équipe envisage de se doter d’une approche pédagogique partagée et projette de se former en groupe. S’en suit un repérage de formations et l’équipe a porté son choix sur une formation à distance du catalogue IFEAP intitulée « Intégrer l’agriculture biologique dans ses pratiques pédagogiques ».

 

La formation à distance est au départ prévue pour un usage individuel. Le dialogue avec le responsable formation AgroSup Dijon Eduter a permis de faire correspondre les contenus de formation et les aspirations du groupe. Et une forme d’hybridation est imaginée : chacun travaille individuellement à distance et à l’issue de chaque étape une séance de regroupement est prévue en équipe.

4 étapes de formation vont ainsi se succéder alternant séances de travail individuel sur la plateforme de FAD et travail en séances de regroupement :

  • Partager notre vision de l’AB
  • Prendre la mesure de l’importance de la réglementation en AB
  • Se mettre en situation à partir d’une visite d’exploitation
  • Et enfin définir nos stratégies pédagogiques et rédiger un plan d’action pour la mise en œuvre de nos adaptations pédagogiques.

 

Découvrir en détail le résultat de cette démarche originale qui combine réflexion locale et formation à distance !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Au Lycée « Les Sillons de Haute-Alsace » , des recherches d’emploi en mode « Job Dating » pour les BTSA.

Une action qui évolue sur plusieurs années…

Pour s’adapter aux nouvelles formes de recrutement et au développement des jobs dating, l’essai fut fait sur une première classe (BTSA Technico-commercial).

Cinq professionnels de la commercialisation du vin ont répondu présent. Vu la satisfaction à la fois des étudiants et des professionnels, l’expérience fut reconduite les années suivantes en intégrant la classe de BTSA Viticulture œnologie et d’autres professionnels (producteurs, œnologue, conseiller viticole…). Au total, chaque année, une quinzaine de professionnels participent au job dating.

Découvrez en détail le fonctionnement de ce Job Dating

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Cours, stages, exploitation du lycée: les BTS APV du lycée agro-environnemental d’Arras catalysent le partage de données pour l’agroécologie.

Les jeunes peuvent-ils être moteurs, actifs et heureux de prendre part à la transition agroécologique ? Oui, à condition de poser un cadre flexible, de s’autoriser des erreurs (aussi bien côté étudiant que côté équipe pédagogique), de leur laisser l’espace pour proposer et de toujours se souvenir que l’apprentissage du savoir-être est aussi important que l’intégration de connaissances.

A Arras, une réponse originale qui combine :

  • Un spécialiste des outils collaboratifs en ligne, qui croit à fond à l’agroécologie – ici Nicolas Minary, créateur de l’application Landfiles
  • Un passionné de sols vivants, qui est toujours au contact des agriculteurs – ici Baptise Maître, créateur de Ver des Sols Vivants
  • Un contexte agricole: la ferme du lycée, et des essais qui sont en lien avec des thèmes clé de l’agroécologie, ici la pomme de terre en AC. Ah oui, des sols vivants, en en cours de régénération.
  • Une équipe pédagogique ouverte à l’innovation, qui autorisent une flexibilité de l’emploi du temps et des programmes, dans cet exemple Charlotte Grare (enseignante en agronomie), Etienne Toussaint (directeur de l’exploitation)
  • Le tout « connecté » et « organisé » en un écosystème qui communique et cela nécessite de poser des bases de savoir-être et un cadre flexible pour que chacun puisse développer ses talents. Opaline Lysiak (projet Les Agron’Hommes) a impulsé cela et propose de maintenir cet écosystème.
Découvrez la description complète de cette action !

 

Ci- dessous, la vidéo de présentation de l’application Landfiles.

Ce témoignage proposé par Opaline Lysiak est une étape de son « Tour du Monde pour Enseigner l’Agroécologie », exploration des écoles d’agronomie, en Pologne, en Inde, au Japon, au Québec, au Danemark, à retrouver sur Pollen à la page Tour du monde Agro-écologie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Pollen c’est aussi un espace de veille : découvrez nos solutions pour rester informé de l’actualité pédagogique.

En plus des témoignages d’établissements et d’articles sur l’actualité de l’innovation pédagogique et des sciences de l’éducation, vous pouvez trouver dans cet  article, mais aussi à la page Veille des outils déjà paramétrés pour repérer rapidement les derniers ouvrages ou les publications utiles.

Nous vous proposons deux outils de veille, Scoop.It et NetVibes.
Si vous êtes adepte de Facebook, vous pouvez vous abonner à la page Pollen. Enfin vous pourrez bientôt recevoir directement nos Newletters en vous inscrivant dans le pavé à droite de votre écran.

Bonne découverte !

 

Une veille en sciences de l’éducation et de la formation.

Le  Scoop-It « Lire, Voir, écouter », soigneusement réalisé par Christèle Roux, ingénieure d’étude à AgroSup Dijon – Eduter Ingénierie, chargée des liens entre la recherche et l’ingénierie.

 

Actualités et recherches en éducation

Le NetVibes Pollen affiche les dernières publications  de : IFé, Eduveille, Edupass, le Café pédagogique, les Cahiers Pédagogiques, Apprendre autrement, ESEN, Thot Cursus, Spirale.

 

La page Facebook Pollen.

Abonnez-vous à la page facebook.com/pollen.chlorofil pour recevoir les publications de Pollen et l’actualité de l’innovation pédagogique dans l’enseignement agricole.

 

Les Newsletters de Pollen

A la page  Présentation de Pollen et Newsletters retrouvez les « 3, 2, 1 Pollen » au format PDF.

Janvier 2019

Mars 2019

Mai 2019

 

Nous préparons un envoi direct de notre lettre d’information. Pour recevoir directement dans votre boite la newsletter Pollen, inscrivez-vous dans le bandeau à droite de votre écran.

 

 

 

 

 

 

N’hésitez pas à consulter également les pages du menu « Recherche& Pédagogie » qui mettent en valeur les travaux de recherche proches de l’enseignement agricole.

 

 

 

 

 

 

 

 




La représentation chorématique d’une formation, une démarche nouvelle au sein de la filière Aménagement.

Les GAP portés par l’ENSFEA

Les « Groupes d’Animation et de Professionnalisation » (GAP) portés par l’ENSFEA sont des dispositifs innovants d’accompagnement à la professionnalisation des enseignants de l’enseignement agricole. Il existe à ce jour 15 GAP dont la plupart sont associés à une discipline d’enseignement général ou technique. Les GAP doivent permettre par exemple de produire, en collaboration avec des enseignants Gapistes, des ressources pédagogiques ou d’élaborer et mettre en œuvre des actions de formation en région.

Le GAP aménagement

Entre 2014 et 2017 le GAP aménagement, piloté par Olivier Bories (Maitre de conférences en aménagement de l’espace), a travaillé de façon expérimentale à la proposition d’une nouvelle manière de construire et de présenter la progression pédagogique.

Les enseignants Gapistes impliqués se sont emparé de la représentation chorématique pour modéliser un projet de formation tout entier, à l’échelle des trois années d’un Bac Pro. Le chorème est une méthode de modélisation diffusée en géographie et en aménagement qui utilise les formes géométriques pour montrer la complexité d’un territoire. Le GAP l’a « détourné » pour travailler sur la complexité d’une progression pédagogique. Il a ainsi pu revisiter les pratiques classiques de représentations de la progression pédagogique (sous forme de tableau) et créer un nouvel outil d’écriture qui permet aux enseignants de raisonner collectivement, à une échelle plus globale et plus dynamique leur projet de formation. Sous cette forme la progression pédagogique est partageable par conséquent possiblement transversale. Elle s’inscrit alors dans l’esprit de la rénovation de la voie professionnelle et de la formation par capacités qui encourage le décloisonnement disciplinaire.

Le GAP aménagement a proposé deux modélisations qui centrent tous les enseignements de toute la formation autour de la situation professionnelle d’apprentissage pratique (SPAP). L’une concerne l’aménagement paysager, l’autre l’aménagement des espaces naturels. Avec ces propositions de modélisations le GAP bouleverse la structure profonde et habituelle du projet de formation. Il propose de sortir d’une logique de silo et de décloisonner les apprentissages. C’est avec l’utilisation de la SPAP et tout particulièrement de l’expérience de PMFP mais aussi avec le retour sur expérience en apprentissage qu’est fabriqué l’ensemble de projet de formation sur trois années. Ces modélisations remettent la pratique au cœur de la formation en aménagement. Elles agissent alors comme un premier levier d’apprentissage et de professionnalisation qui permet non seulement d’enseigner (et d’évaluer) dans une approche par capacités mais aussi d’agir par la pratique sur l’ancrochage et la réussite scolaire.

Une démarche étayée et en développement.

Les travaux du GAP et les ressources produites sont disponibles sur le site pédagogique ENSFEA de l’aménagement, espace@ménagement, rubrique Ressources du GAP, Cycle 1 Modélisation.

Ces travaux ont permis depuis 2017 le développement d’un partenariat avec AgroSup Dijon – Eduter et la construction d’un parcours de formation à distance TutoFOP intitulée « Construire la progression pédagogique d’un module de formation de la filière aménagement ».

Ils ont aussi donné lieu en 2019 à la publication d’un article scientifique (en cours d’évaluation, à paraitre dans le revue Questions vives, recherches en éducation) : « Innover et revisiter la manière d’écrire une progression pédagogique : présenter autrement l’organisation du travail de l’enseignant pour collaborer ».

La prochaine étape relève du passage de la théorie à la pratique. Il passe par la programmation en 2020 d’une expérimentation au sein d’un établissement avec l’implication de toutes ses équipes, administratives et pédagogiques, probablement avec l’EPLEFPA de Saint-Flour intéressé par cette nouvelle démarche pédagogique. Le dossier est en cours de construction.

Ci dessous une vidéo produite dans le cadre de la formation « Construire la progression pédagogique d’un module de formation de la filière aménagement », dans laquelle Olivier Bories présente l’analyse d’un référentiel de diplôme avec la démarche de représentation chorématique.

 

Cet article est recensé dans l’espace Recherche & Pédagogie de Pollen, à la page Les publications des établissements d’appui

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Quand le mécanisme de l’inhibition est au service des apprentissages : Une émission avec Olivier Houdé.

Le professeur Olivier Houdé, ancien instituteur, est maintenant, entre autres, Professeur de psychologie du développement à l’Université Paris Descartes, Sorbonne.

Il utilise les possibilités offertes par les IRM pour étudier le fonctionnement du cerveau et les mécanismes cognitifs des enfants.

Il insiste sur le rôle de ce qu’il appelle « inhibition« , ce qui consiste (pour simplifier) à empêcher de penser trop vite, à empêcher un mécanisme « heuristique », rapide, qui va directement à la solution qui semble évidente. « Se développer c’est non seulement construire et activer des stratégies cognitives, comme le pensait Piaget, mais c’est aussi apprendre à inhiber des stratégies qui entrent en compétition dans le cerveau ».
Voir l’article « Le rôle positif de l’inhibition dans le développement cognitif de l’enfant ».
Évidemment ce mécanisme est applicable en classe : Des sciences cognitives à la classe : Entretien avec Olivier Houdé

L’émission de France Culture « MATIERES A PENSER », animée par René Frydman, donne la parole à Olivier Houdé qui lève le voile sur l’acquisition des connaissances et le mode de raisonnement.
Quel est le rôle des émotions dans l’approche logique ? Résister à ses propres erreurs s’apprend-il ? Qu’est-ce que l’intelligence humaine ? La place des neurosciences dans l’éducation est-elle en train de changer ?

Pour en savoir plus :

–> Olivier Houdé

–> A propos de Jean Piaget

–> Lea.fr

 

Une vidéo de 2014 en complément : le cerveau apprend en inhibant.


Bibliographie succincte.

 Comment résonne notre cerveau Que sais-je, 2019

 

 

 

 L’intelligence humaine n’est pas un algorithme Odile Jacob, 2019

 

 

 

 

 L’école du cerveau : de Montessori, Freinet et Piaget aux sciences cognitives Mardaga, 2018

 

 

 

Et retrouvez Olivier Houdé le 17 mai 2019, sur France Inter, dans l’émission « Grand bien vous fasse », intitulée : Qu’est ce que l’intelligence ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




A Tours-Fondettes agrocampus, la formation « Service Aux Personnes Paysage » ouvre de nouvelles perspectives.

Les petits travaux de jardinage sont réalisés exclusivement chez les particuliers, majoritairement des personnes âgées ou dépendantes. La prestation, qui est exclusivement celle de l’entretien du jardin, nécessite d’allier aux compétences techniques d’entretien des compétences relationnelles transversales.

A la demande de l’UNEP, union Nationale des Entreprises du Paysage, le FAFSEA a émis en janvier 2017 un appel d’offres.

Le CFPPA de Tours-Fondettes agrocampus s’est associé à la réponse collective élaborée dans le cadre du réseau national des établissement d’enseignement agricole publics Préférence FORMATION.

Deux formations conduites en 2018 et 2019 permettent d’apprécier les bénéfices apportés par ce dispositif.

Retrouvez ici en détail le fonctionnement de cette formation,
avec les témoignages vidéos d’Amélie Cibert, chargée d’ingénierie et de Gilles Pornin, formateur – coordonnateur.

Ci-dessous le témoignage de deux stagiaires.


 




Un EIE, Enseignement à l’Initiative de l’Etablissement, « Engagement citoyen » au LEPRP L’Oustal

Dans la perspective de la mise en œuvre d’une unité facultative « Engagement citoyen » à la rentrée 2019, en Terminale Baccalauréat professionnel Services Aux Personnes et Aux Territoires (SAPAT), l’EIE « Engagement citoyen » est conçu comme une démarche d’expérimentation.

Celle-ci vise à tester en classe de Première, pendant l’année scolaire 2018-2019, des pratiques qui alimenteront la réflexion de l’équipe pédagogique.

Les moments forts ont été une intervention de partenaires institutionnels en plénière et un Forum citoyen.

Découvrez en détail le déroulement de cette expérimentation

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




A Rouffach, des initiatives complémentaires pour les apprentis de CAPa Jardinier-Paysagiste.

Pour les formateurs et formatrices du CFAA de Rouffach, la rénovation du CAPa a été l’occasion, avec la participation à la recherche-action Initiatives CAPa, de créer davantage de collectif et de  développer différentes actions, parfois ponctuelles et parfois plus structurantes, qui se complètent :

  • La semaine d’intégration
  • Un binôme de formateurs pour un retour d’expérience renouvelé
  • Un book photo pour aiguiser l’œil du professionnel et aider à construire une pensée structurée
  • Un MIP jardin nourricier pour relier les enseignements… et les formateurs autour d’un fil rouge
  • Une heure de vie de classe pour faire le point sur les apprentissages ou réguler la vie du groupe
  • Le cheminement de l’équipe CAPa JP du CFA

Allez découvrir ces 5 actions et le cheminement de l’équipe !

Vous y trouverez la présentation du contexte et six présentations en ligne,
Ci-dessous un exemple, le MIP Jardin Nourricier.

 

Présentation réalisée avec Genially.

 

 

 

 

 

 




63 outils ludopédagogiques, du besoin d’animation à la réalisation d’un manuel pratique, pour tous publics.

Educagri Editions vient de publier un nouvel ouvrage qui a pour titre : « 63 outils ludopédagogiques ».

Pollen a tenté d’en savoir plus en interrogeant l’auteure, Christine Raiffaud.

Christine Raiffaud, quel est votre parcours ?

Ingénieur agronome de l’école de Nancy (ENSAIA) option industrie laitière, j’ai d’abord exercé chez Besnier (devenu Lactalis) comme ingénieur R&D. Puis je suis devenue « PCEA » option « génie alimentaire » (tout un programme, le titre !).

Mais mon parcours n’a pas été linaire, car je crois que la curiosité et la recherche permanente font partie de mon essence vitale ! Aussi j’ai alterné enseignement (initial et pour adultes) et missions.

J’ai d’abord dans les années 2000 été voir ce qui se faisait du côté de l’agriculture durable, extensive et/ou bio dans les CIVAM des Pays de la Loire lors d’un détachement de 3 ans. Ce fut la première découverte de méthode active de réunions, d’animations participatives lors de colloques, car les CIVAM de l’Ouest avaient déjà commencé à travailler avec des formateurs en techniques collaboratives et « sociocratiques ».
J’ai eu aussi un travail d’animatrice nationale à la DGER au bureau des initiatives et des partenariats pendant 6 ans. Et là, le concept d’animation a pris son sens. J’ai découvert qu’il fallait se munir de techniques et que ce n’était pas forcément inné et si simple. J’ai alors découvert les formations du GAB 85 où les animatrices avaient suivi un cursus avec ALTEREGO, une structure de formation en Bretagne. J’ai été séduite, convaincue de la force des outils…
Et quand j’ai quitté l’animation à la DGER, afin de faire une passerelle pour le retour à l’enseignement, j’ai demandé un congé mobilité pour me former plus aux techniques participatives, et avec la proposition de la rédaction d’un mémoire sur la transposition de ces méthodes (ciblant les adultes) au public jeune. Chose acceptée, d’où un ensemble de formations diverses sur le sujet, avec de nombreuses associations et structures de formation, et beaucoup de temps à la Bibliothèque Universitaire de la Roche sur Yon pour affiner la recherche sur la connaissance des neurosciences, de l’apprentissage etc.  Et donc au final, ce livre qui est la synthèse concrète de ce travail et des essais réels qui ont suivi.

Pourquoi vous êtes-vous intéressée à ces outils ?

Je l’ai déjà un peu dit : ayant été moi-même convaincue, en formation adulte, pour avoir été amenée à les utiliser, j’ai voulu les décliner en formation initiale.

Comment avez-vous fait l’inventaire, la sélection ?

L’inventaire je l’ai fait en partant des trois temps de la formation ou de séquence : introduire, dérouler, conclure, et faire des breaks.

J’ai sélectionné les outils que j’avais déjà testés et qui me semblaient pertinents et efficaces en enseignement. J’ai ajouté quelques outils non testés réellement mais qui m’ont paru simples d’usage, faciles à s’approprier …La base de tout cela est sans conteste les méthodes de Thiagi (avec l’association de Benoît Hourst  « mieux apprendre ») et le cursus que j’ai suivi.

C’est aussi le retour de collègues que j’ai pu former ou avec qui j’ai pu en parler qui m’ont aidé dans cette sélection.

Quels sont les performances de ces outils, les résultats ?

Les performances sont variables suivant le contexte de classe, l’outil choisi …mais ce qui est certain, c’est qu’aucun outil ne laisse froid les apprenants ! Il y a toujours un dialogue qui s’enclenche, un étonnement au moins !

Les résultats : c’est vraiment une meilleure appropriation des contenus, des notions pour les outils de déroulé : les bingos par exemple permettent vite de voir ce qui est su ou pas, et la correction permet de recaler les apprentissages ; les animations lors de vidéos projetées, de diaporamas assoient aussi ce qui est dit, car les quizz, cartes, jeux peuvent être réutilisés plusieurs fois. L’apprentissage est l’art de la répétition. Avec ces outils, on répète sans donner l’impression de faire la même chose !

Quant aux outils d’introduction, ils font mouche à tous les coups, et permettent de démarrer détendu (surtout sur des champs bien techniques !). Idem pour les outils de conclusion : un petit « routard » pour finir un module, ou un ‘j’aime-j’aime pas « à la façon d’Amélie Poulain (et la séquence en prime), c’est plus sympa qu’une grille à cocher .et bien plus révélateur car les jeunes n’hésitent pas à écrire cash ! Tous les outils ont un impact.

Quelles sont les difficultés observées chez les enseignants pour intégrer ces outils ?
  • le manque de connaissance que cela existe !
  • le manque de formation, d’information car s’approprier tout cela n’est pas si simple ! Mine de rien, j’ai mis au moins 5 ans !
  • la peur d’y aller c’est le plus gros frein
  • avec la peur d’être dépossédé du savoir, de ne plus maîtriser le groupe
  • enfin, le temps à y passer, le temps de préparation
  • et le matériel : la valise de cartes, chronomètre, crayons de couleur, cartes, à se constituer (mais indispensable!)
Qu’avez-vous recherché avec cet ouvrage ?

Faire connaître, donner l’envie d’y aller, partager ce qui m’a été transmis, déculpabiliser …

Idéalement, il faudrait pouvoir monter des modules de formation en petites équipes. Ou que les équipes intéressées sur un site se retrouvent pour tester des choses ensemble… Pour avoir fait cela avec les collègues là où j’enseignais c’est le plus efficace …mais attention, avec le respect aussi de ceux et celles qui ne sentent pas d’y aller ! Ce n’est pas si simple …

Comment utiliser au mieux ces fiches – outils ?

En testant, il n’y a pas le choix ! L’idéal pourrait être de pouvoir tester entre adultes pour commencer … Il est préférable de choisir des outils qui « parlent », et si possible, tester d’abord sur des modules particuliers (MIL, EPI, journées DD etc.) en petits groupes pour voir ce que ça donne…et puis utiliser le site compagnon mis en ligne. (Les sites compagnons d’Educagri Editions peuvent être en  accès restreint aux acheteurs de l’ouvrage, via le code d’accès fourni à l’intérieur).

Mais attention : tous les outils demandent d’être précis en temps et en préparation ! Le déroulé doit être clair, les objectifs aussi. Ils demandent tous de prévenir les élèves, d’annoncer les règles du jeu. La réussite passe par une rigueur sans faille sinon, c’est la foire et ça ne donne rien ! 6 min pour le word café, ce n’est pas 15 min ! Faire le tour des questions, ce n’est pas faire celui des réactions. Le protocole de distribution de parole doit être clairement nommé pour des débats etc.

Quelques conseils aux enseignants qui voudraient se lancer ?
  • ne pas avoir peur, respirer, se détendre avant la séance « outil »
  • trouver des associations de proximité pour se former, ou aller à Paris pour se former au « mieux apprendre » (ça a un coût personnel, mais franchement, ça en vaut la peine .2 jours suffisent!)
  • partager avec ses collègues
  • faire un retour avec les élèves pour cerner leur perception, adapter au besoin, réajuster
  • Et surtout, préparer l’outil, l’inscrire dans un déroulé, voire en inscrire plusieurs et construire le déroulé pédagogique « équipé » et SE préparer pour chaque outil !
  • et être rigoureux

Au besoin, il est possible de me contacter par mail : christine.raiffaud@educagri.fr

En complément le site compagnon de l’ouvrage : editions.educagri.fr/num/compagnons qui propose des documents mentionnés dans l’ouvrage et une sitographie très intéressante les neurosciences, des centres de formation spécialisés, des ressources pédagogiques en ligne pour animer …

Également deux fichiers pdf à télécharger l’exemple du « sac à dos », la fiche enseignant et la fiche apprenant. et trois fiches exemples de fiches au format image : Amélie, Consigne, Enquête.

Enfin un exemple de combinaison d’outils utilisés sur la thématique « alimentation responsable » (consommation, production de déchets, environnement international) en terminale STAV. Les activités ont pour but de faire : percevoir les inégalités des régions du monde (jeu des chaises des régions du monde), mesurer l’importance actuelle des déchets produits de toutes sortes, dont alimentaires (diaporama consommation responsable) et proposer des alternatives pour éviter de sur-consommer et pour consommer plus « responsable » (world café). A voir sur le site du réseau RED red.educagri.fr