1

L’invention des idées : le défi réussi de l’enseignement agricole français. Un colloque le 4 mars à Paris

Pour célébrer la sortie du livre L’invention des idées, le défi réussi de l’enseignement agricole français, sous la direction de Philippe Maubant et Edgar Leblanc, un  colloque se tiendra le Vendredi 4 mars 2022 de 8h30 à 18h à l’ICP, ISP-Faculté d’éducation, 74 rue de Vaugirard, Paris, 6e.

Cette journée permettra à quelques auteurs de présenter leurs regards rétrospectifs et prospectifs sur l’enseignement agricole analysé sous le prisme des audaces et des innovations.

1. Identifier les faits saillants de l’innovation portée par la Direction générale de l’enseignement et de la recherche du ministère de l’Agriculture, et ses partenaires, sur une période de cinquante ans (1970-2020) 

2. Identifier les conditions de mise en œuvre et d’évaluation d’idées pédagogiques audacieuses voire d’utopies éducatives 

3. Comprendre les résistances et les facilitateurs constatés dans la mise en œuvre de la politique innovante de l’enseignement agricole

4. Caractériser et modéliser les conditions de réussite d’une ingénierie de l’innovation à la lumière des réalisations de l’enseignement agricole 

5. Identifier les critères permettant de caractériser une politique innovante de l’éducation et de la formation à des fins de transfert vers d’autres systèmes éducatifs 

Avec les interventions de : 

Edgar LEBLANC, Inspecteur général honoraire de l’Agriculture
Philippe MAUBANT, Professeur associé, Université de Sherbrooke (Canada)
Augustin MUTUALE, Professeur des universités, Doyen de la Faculté d’éducation, ICP Paris
Patrick MAYEN, Professeur émérite des Universités, Institut Agro Dijon, Université de Bourgogne
Hervé SAVY, Doyen honoraire de l’Inspection de l’enseignement agricole
Jean-Louis BUER, Directeur général de l’enseignement et de la recherche (2006-2009)
Jean BESANÇON, Directeur de l’Université ouverte des compétences
Guy BERGER, Professeur émérite des universités, Université Paris 8 Saint-Denis
Nathalie PRUDON-DESGOUTTES, Directrice régionale adjointe, Cheffe du service régional de la formation et du développement, DRAAF Auvergne-Rhône-Alpes
Estelle VEUILLEROT, Directrice d’EDUTER Ingénierie, Institut Agro Dijon 
Joachim BENET RIVIERE, Enseignant-Chercheur, Université de Poitiers
Jean-Claude DAIGNEY, Directeur de l’Union nationale des Maisons familiales rurales (1990-2011)
Yvon LE NORCY, Secrétaire du Conseil national de l’enseignement agricole privé (1990-2010)
Isabelle PLASSAIS, Présidente de l’Association nationale des Directeurs-trices des établissements publics locaux d’enseignement et de formation professionnelle agricoles (EPLEFPA)
Stephen BONNESSOEUR, Directeur du lycée agricole de l’Aube
Cécile GARDIES, Professeure des Universités, Université de Toulouse 3
Jean-Marie MARX, Haut-Commissaire aux compétences (2018-2020)
Edgar LEBLANC, Président du Comité d’histoire de l’enseignement agricole

Pour s’inscrire :

Aller sur le site http://champsocial.com/Phronesis

Pour commander ce livre :

Les éditions Champ Social

 

Cet ouvrage a été réalisé avec les contributions de : 

Norbert Alter, Michel Bascle, Joachim Benet Rivière, Jean Besançon, Stephen Bonnessoeur, Jean-Louis Buer, Benoît Bulot, Jean-Marie Chassagne, Jean-Claude Daigney, Emmanuel Delmotte, Michel Deschamps, Laurent Faure, Cécile Gardies, Fernand Girard, Joëlle Guyot, Françoise Héraut, Pierre Houssais, Jean Houssaye, Michel Huber, Daniel Jacobi, Marc Jeanlin, Brigitte Laquieze, Yvon Le Norcy, Edgar Leblanc, Paul Loupias, Jean-François Marcel, Jean-Marie Marx, Philippe Maubant, Philippe Nenon, Nathalie Prudon-Desgouttes, Francine Randi, André Robert, Françoise Savy, Hervé Savy, Gérard Thibord, Joël N. Toreau, Estelle Veuillerot, Philippe Vincent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




La parole est donnée aux membres du comité d’expertise de l’innovation pédagogique de l’enseignement agricole

Pour l’aider à définir et à orienter sa politique en matière d’innovation pédagogique et éducative, la DGER s’est entourée depuis 2014 d’un certain nombre de chercheurs et de personnalités reconnues dans les domaines de l’innovation pédagogique et de la recherche en éducation, et réunis dans un comité national d’expertise de l’innovation pédagogique créé par la Loi.

Ce comité se réunit deux à trois fois an, visite des établissements publics et privés sur le thème des initiatives innovantes et contribue à l’élaboration et au déroulé des Rencontres de l’innovation pédagogique. Ses membres seront désormais invités, en fonction de leur spécialité et de leurs centres d’intérêt à s’impliquer dans certaines actions concrètes : définition d’appels à projets, contribution à des expérimentations, formation de formateurs, expertise de projets pédagogiques ou éducatifs…

La liste complète du comité est accessible sur Pollen, menu Recherche & pédagogie, page Le comité d’expertise de l’innovation pédagogique

Chacun des membres a bien voulu se présenter, parler de ses centres d’intérêt et de sa vision de l’innovation dans une brève vidéo.

Pascal Marquet, Professeur en sciences de l’éducation, Université de Strasbourg

Françoise Cros, Professeure émérite au CNAM (Centre national des arts et métiers)

Patricia Champy-Remoussenard, Professeure en sciences de l’éducation – Université de Lille

Patrick Mayen, Professeur Emérite en sciences de l’éducation – Institut Agro, Dijon

Patrick Rayou, Professeur émérite en sciences de l’éducation – Université Paris 8

Bruno Devauchelle, Chargé de Mission TICE, Université Catholique de Lyon, Professeur Associé (PAST), Université de Poitiers, département IME, UFR Lettres Langues

Marie-Claire Thomas, Ecole normale supérieure de Lyon – Ex Directrice adjointe à l’Institut français de l’éducation

Jean-Michel Boucheix, Professeur de psychologie cognitive et ergonomique, Université Bourgogne-Franche-Comté

Sophie Beaumont, Ecole normale supérieure de Lyon, Directrice adjointe de l’Institut Français de l’éducation

Jean-Charles Cailliez, Vice-président de l’Université catholique de Lille, professeur de biologie moléculaire

 

 

 

 

 

 

 




Venez participer, échanger, communiquer sur les jeux sérieux de l’agriculture-alimentation-environnement aux journées GAMAE les 9 et 10 juin 2022 à Clermont-Ferrand !

Enseignants, formateurs, ingénieurs pédagogiques, animateurs de réseau, … Venez participer, échanger, jouer, communiquer sur vos travaux lors des journées GAMAE sur les jeux sérieux dans les domaines de l’agriculture-alimentation-environnement ! GAMAE vous invite également à proposer une communication sur vos expériences intégrant les jeux sérieux !

La plateforme GAMAE (Game for Agriculture, Alimentation and Environment)

C’est une nouveauté dans le paysage, dédiée aux jeux sérieux. Comprenons ici qu’un « jeu sérieux » est un jeu qui a une utilité/but qui est autre que le divertissement, même si ce dernier peut (doit!) y être présent. Le jeu sérieux sert un objectif (apprentissage notamment), et peut s’appuyer pour cela sur une dimension ludique.

Porté par l’UMR Territoire de INRAE, GAMAE concilie trois 3 dispositifs complémentaires :

  • une ludothèque,
  • un fab lab pour l’accompagnement des concepteurs,
  • et un gaming lab (actions de recherche et réseau scientifique).

Lors d’une enquête réalisée en 2021, l’équipe projet a déjà recensé plus d’une centaine de jeux existant en France sur ces thématiques dont une quarantaine à INRAE, mais également plusieurs jeux développés en tout ou partie par des acteurs de l’enseignement agricole technique et supérieur. Pour en savoir plus voir GAMAE

Des journées GAMAE les 9 et 10 juin 2022 à Clermont-Ferrand, largement ouvertes à la communauté éducative (enseignants, formateur, animateurs…) !

L’objectif de ces journées est de rassembler autour de cet événement GAMAE la large communauté des acteurs du jeu en agriculture, alimentation, environnement et développement des territoires (AAEDT), usagers potentiels de la future plateforme. Le programme, en cours de construction, déclinera les différentes dimensions de GAMAE.

Ces journées se dérouleront dans les locaux d’INRAE sur le campus universitaire des Cézeaux de l’Université Clermont Auvergne.

L’événement est construit autour de plusieurs temps :
  • Un séminaire scientifique-Appel à communication. Le thème « l’évaluation de l’impact des jeux » est déjà identifié. C’est une question vive, peu documentée scientifiquement à ce jour en AAEDT. Il s’agit d’explorer l’état des connaissances sur l’impact que peuvent avoir les jeux dans la sphère réelle (éducation, action, développement local) au-delà du discours classique et moderne autour de la ludification de la société. ENSEIGNANTS, INGÉNIEURS PÉDAGOGIQUES, ANIMATEURS DU MAA, N’HÉSITEZ PAS À PARTICIPER EN PROPOSANT VOS TRAVAUX ! => Télécharger l’appel à communication : Journees GAMAE – 9 et 10 juin 2022.
  • Un retour sur le recensement des jeux sérieux AAEDT réalisé en 2021.
  • Une gaming room regroupant des jeux INRAE mais aussi des jeux d’éditeurs (Gamabilis, éditeur de Roots of Tomorrow ; Giants Software éditeur de Farming Simulator, Bioviva…) pour jouer et tester des jeux afin de se rendre compte de leur potentiel d’utilisation.
  • Des ateliers thématiques où des intervenants aborderont des questions « opérationnelles » : propriété intellectuelle, valorisation, game design / game play, etc.
  • Un challenge de gaming autour du jeu « Roots of Tomorrow » à destination des étudiants des établissements partenaires (VAS, UCA, APT, lycées agricoles…).
En savoir plus :

Le site des journées : https://gamae2022.journees.inrae.fr/

Compte twitter :  @Gamae_agri

Contact : Sylvain Dernat, UMR Territoires

Adresse contact : gamae@inrae.fr

 

 




Comment susciter de l’intérêt pour l’agronomie à des apprentis bac pro CGEA plutôt « Elevage » à l’ EPL de Fontaines Sud Bourgogne ?

La classe de terminale bac pro CGEA apprentissage du CFA de Saône et Loire, site de Fontaines, a été impliquée pendant plusieurs mois, dans une des actions du CASDAR TAE + « Inter’Actions » qui vise à renforcer la coopération entre des systèmes de production spécialisés (complémentarité entre exploitations céréalières et exploitation d’élevage)

Après avoir sensibilisé les apprentis de Bac Pro CGEA au projet CASDAR TAE + dans son ensemble, Elodie Michon, enseignante d’Agronomie, et animatrice du CASDAR TAE+, a organisé le suivi d’une parcelle en culture intermédiaire (sur une exploitation céréalière située à Fontaines, toute proche du centre de formation), pâturée par un troupeau ovins venu de Charolles (une des 2 exploitations d’élevage de l’EPL).

Son projet pédagogique a été construit dans le cadre du référentiel – MP 51 – avec une évaluation prévue en CCF.

L’analyse de la séquence, conduite avec les collègues et la direction, permet de tirer quelques éléments qui seront pris en compte pour la suite des enseignements dans la filière.

Découvrez plus en détail cette initiative !

 

 

 

 

 

 

 

 




Evaluation du projet, essaimage, soutenance de thèse… une actualité bien réelle pour le simulateur Silva Numerica

Le projet Silva Numerica, co-construit avec l’Académie de Besançon, des chercheurs, des développeurs numériques et des équipes enseignantes en région BFC, permet de simuler les éco-systemes forestiers. Il est reconnu comme le seul projet porté par un lycée agricole parmi les 22 projets nationaux E-Fran.

Au terme de 5 années de développement numérique et de recherche, le dispositif numérique éducatif Silva Numerica a été évalué par le Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (HCERES). (Rapport d’évaluation)

Le lundi 15 Novembre 2021, le projet Silva Numerica, était à présenté au Ministère de l’Éducation Nationale en présence de M. Jean-Michel Blanquer (voir vidéo ci-dessous).

L’aventure se poursuit pour Silva Numerica avec un essaimage régional prévu en collèges et lycées dès 2022 et des perspectives de déploiement national dès 2023, avec le soutien attendu de l’Etat, du Conseil régional de Bourgogne – Franche-Comté ainsi que de la filière forêt-bois, associée depuis le démarrage du projet en 2016.

Début décembre, Mme Laurie PORTE a soutenu  avec succès sa thèse sur « L’apprentissage en environnement virtuel : Rôle du guidage et du feedback sur la compréhension des écosystèmes forestiers » dirigée par M. Jean-Michel BOUCHEIX du Laboratoire d’Etude de l’Apprentissage et du Développement LEAD Université de Bourgogne.

Ce travail de thèse apporte une claire contribution empirique dans l’exploration de
trois principes multimédia attestant de la pertinence de leur transfert dans le cadre de la réalité virtuelle. La thèse permet également de tester une utilisation de la réalité virtuelle en situation d’enseignement, qui même si elle paraît couteuse en équipement, possède un potentiel pédagogique.

Nous ne manquerons pas de présenter en détail cette thèse lors de sa parution.

Présentation de Silva Numerica le 15 novembre 2021

Cette vidéo est à retrouver en intégralité sur www.education.gouv.fr

Déroulé

  • 14h30 : Ouverture par Jean-Marc MONTEIL et discours du ministre
  • 14h45 : Présentation de l’évaluation par Thierry Coulhon
    Restitution des résultats de l’évaluation par Édouard Gentaz, président du comité d’évaluation
  • 15h00 : Présentation par leur responsable de 5 projets pour illustrer les travaux
  • 15h30 : Présentation des perspectives par Olivier Vandard
    Échanges avec la salle
  • 15h45 : Présentation de la plateforme e-FRAN
  • 15h50 : Micro-tendu

 

Toute l’actualité de Silva Numerica est sur silvanumerica.net

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Des Oyas, des Bananas Circles et des coopérations pour les CAPA du lycée agricole de Coconi à Mayotte

A travers plusieurs échanges sur des méthodes agroécologiques avec des partenaires de la coopération régionale, des projets se sont monté autour des classes de CAPA 1 et 2 ARC et MA du lycée agricole de Coconi (Mayotte) qui sont des filières peu valorisées au sein de l’établissement.

Ils avaient pour objectifs : d’expérimenter des méthodes nouvelles (Oyas, Bananas Circles) en rendant totalement acteurs les élèves, en leur permettant d’accéder à des pratiques innovantes, en faisant intervenir des chargés de mission, des partenaires extérieurs, et en bousculant les méthodes d’apprentissage.

Découvrez en détail cette expérience pédagogique « grandeur nature » !

 

Rapide présentation mais 2 autres vidéos très complètes vous attendent…


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Encourager les étudiants de BTS à se projeter dans la poursuite d’études ? Une illustration du projet « Devenir ingénieur avec un BTS » au CFA de Merdrignac (22) »

Le CFA de Merdrignac est engagé au côté de l’Institut Agro AGROCAMPUS-OUEST qui porte le projet d’expérimentation « Devenir ingénieur avec un BTS » pour accompagner les apprentis de BTS dans leurs envies s’engager dans une poursuite d’études longues. Une façon très concrète de créer les conditions pour contribuer à l’égalité des chances au sein du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

D’une durée de 3 ans, ce projet regroupe 11 EPLEFPA et les 2 DRAAF/SRFD des régions Bretagne et Pays de la Loire. (voir : https://btsa-ingenieur.agrocampus-ouest.fr/ ).

Dés le départ, l’établissement de Merdrignac a souhaité s’inscrire pleinement dans cette action en associant tous les apprentis, pour que les jeunes, comme les adultes (y compris maîtres d’apprentissage), ne considèrent plus le BTS comme la fin d’un parcours, mais comme une étape dans la poursuite de ses ambitions. Et, pour cela, penser l’après BTS le plus tôt possible.

Une des hypothèses fortes de l’équipe éducative est d’amener les étudiants là où ils ne se seraient pas spontanément vu, et de les accompagner à gagner en estime et confiance en eux  afin qu’elles et ils se considèrent capables (avec du travail bien sûr) de réussir au-delà du BTS. C’est également une piste pour les amener à valoriser leurs potentiels et à encourager les coopérations au sein de la promotion.

L’an passé, et malgré la situation liée à pandémie plus de 120 élèves de BTS ont pu participer:

  •  à deux tables rondes, l’une orienté orientées professionnel-les (anciens étudiants) et une autre « vie de campus (avec des élèves ingénieurs en formation), soit au total 8 tables rondes organisées simultanément pour répondre à la diversité des filières (paysage, horticulture, agroalimentaire et agronome),
  • à des ateliers de développement personnel et professionnel ont été proposé aux élèves pour les encourager à se projeter ; en distance pour certaines étudiants et en classe entière et en présence pour d’autres.

Une expérimentation qui se poursuit en seconde année avec de nombreuses actions (préparation à l’oral du concoures, à l’épreuve d’anglais, à l’intérêt de résoudre des problèmes scientifiques et techniques…).

Pour en savoir plus vous pouvez consulter le témoignage en ligne et prendre connaissances des vidéos de témoignages des acteurs !

Marion Diaz – Chargée de mission d’appui pédagogique à l’enseignement agricole et aux coopérations sup/technique, L’institut Agro AGROCAMPUS-OUEST

François Guerrier – Chargé de mission d’appui pédagogique à l’enseignement agricole, , L’institut Agro AGROCAMPUS-OUEST

Bénédicte Gohard – Adjointe à la direction de la formation et de la vie étudiante, pilote du projet « devenir ingénieur »

 

 




Comment rendre utilisables de manière écologique et durable les boues d’élevage aquacoles ? Casdar TAE Medusa

Un exemple de coopération « sup/technique » dans le cadre du Casdar Medusa porté par l’EPLEFPA de Fouesnant Brehoulou pour concevoir ensemble l’aquaécologie…

Dans la suite d’un Module d’Initiative Locale conduit par les étudiants de BTS du Lycée de Bréhoulou, ces derniers ont questionné les élèves ingénieurs d’AGROCAMPUS-OUEST pour les aider à comprendre et documenter un problème professionnel et scientifique complexe. En groupe de 8, ces élèves ingénieurs réalisent alors une étude et des expérimentations dans le cadre de leur module de conduite de projet innovant. Ils témoignent de leur expérience de coopération « sup-technique » dans la vidéo ci-dessous.

L’intention de départ, c’est de permettre au travers de cette coopération autour d’un problème professionnel concret de faire en sorte de rapprocher enseignement supérieur long et enseignement technique pour apporter du concret aux travaux de recherche pour les uns, et de mettre en valeur les aspects scientifiques pour résoudre des problèmes complexes pour les autres : chacun apportant son regard et sa connaissance au service de la résolution du problème en commun. Au final, les élèves ingénieurs ont pu livrer une étude et faire des propositions opérationnelles et étayées aux BTS commanditaires.

Du fait du contexte, les activités de coopérations ont été limitées en cette première année d’expérimentation. Toutefois,  de ce qu’en dise les étudiants, la modalité est à reconduire dans la mesure où les productions du « MIL de BTS » comme du module « CPI »  apportent un champ d’exploration pour des coopérations, mais confère également de la valeur aux projets pédagogiques menés par les équipes enseignantes, car adossés à des enjeux réels.

Nous espérons aller plus loin dans les apprentissages coopératifs en 2022 pour mieux évaluer ce que produisent et permettent ces coopérations concrètes “sup et technique”, dans la perspective de prendre plaisir à faire de la recherche expérimentale, voire de se projeter dans l’idée de la poursuite d’études longues.

François Guerrier L’institut Agro AGROCAMPUS-OUEST Septembre 2021




Agrocampus 47, le consortium MEDAA au service de la mobilité des apprentis et des personnels

En Nouvelle Aquitaine, une décennie de projets MEDAA encourage la mobilité des apprentis.

L’Agrocampus 47 en Lot et Garonne – porteur du consortium MEDAA aquitain – élargit la mobilité pour l’ensemble des équipes : du secrétariat aux maîtres d’apprentissage en passant par les formateurs.

La culture partagée de la mobilité singularise les centres et a permis une aventure d’équipe qui rayonne sur le territoire.

Pour le CFAA 47, un réseau est privilégié avec le Luxembourg et surtout la Belgique dans sa partie flamande. Un relationnel professionnel et personnel bien ancré permet une mobilité maitrisée et rassurante.

 

Découvrez ici en détail les multiples facettes de cette mobilité !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Une mobilité hybride transfrontalière par temps de pandémie au CFA d’Obernai

En tant que référent mobilité et professeur d’allemand, Garry Vadala est au cœur des mobilités transfrontalières avec un pays voisin tout proche d’Obernai : l’Allemagne

Au-delà de simples échanges avec ce voisin dynamique, les innovations dans l’établissement se sont multipliées et se sont formalisées dans un contexte d’adaptation aux contraintes de la pandémie.

Parmi ces innovations, on peut retenir :
– L’utilisation d’Erasmus, y compris pour les mobilités transfrontalières (auparavant, le CFA assurait la mobilité transfrontalière en permettant aux apprentis d’effectuer leur formation théorique au CFA et leur formation pratique dans une entreprise en Allemagne, ce dispositif ne nécessitant pas d’accréditation Erasmus)
– Le recours à la visioconférence dans les activités du référent mobilité (relations avec partenaires, familles, apprentis). Cette innovation en période de pandémie va être reconduite et systématisée
– La volonté de fournir un maximum de services et de conforts aux entreprises d’accueil (préparation du conventionnement, contacts aisés, à la demande, en visioconférence…)

 

Découvrez ici en détail le fonctionnement de cette mobilité !