Questionner, formaliser, se documenter : Les ACSE développent leurs compétences clés au Lycée du gros chêne (Pontivy 56)

Suite à une journée d’information sur différentes expériences menées en région Bretagne pour enseigner à produire autrement le 12 octobre 2018, une expérience réalisée à Caulnes et présentée par Sandrine Poulet, expérience visant à amener les élèves à poser et à se poser des questions et à produire de la connaissance en groupe de développement, a rejoint des préoccupations de l’équipe enseignante qui intervient en BTSA.

En effet, depuis quelques années, ces derniers expriment à la fois :

  • Des difficultés de plus en plus récurrentes dans la mise en activité des étudiants, avec un décrochage qui s’opère sur le premier trimestre de la première année et qui dégrade le climat de travail. Ces difficultés sont attribuées à la fois :
    • A un manque de mise en cause, de mise en question, de curiosité,
    • d’efforts, une logique de consommation des cours, l’absence de prise de note, de formalisation des apports,
    • une forme de paresse intellectuelle à aller chercher à la source, à vérifier, à développer un esprit critique et de comparaison,
    • Mais également à la difficulté pour les enseignants à construire un dispositif cohérent et qui puisse faire sens pour les adultes et donc pour les élèves.
  • Autre élément de contexte, les premières années (ACSE1) n’ont pas d’évaluation dans les 6 premières semaines au retour des vacances, et l’enjeu est de les remettre/mettre dans un rythme de travail.
  • Par ailleurs, le codonateur de la filière, un pilier de la formation BTSA ACSE, part prochainement à la retraite. C’est l’occasion de partager sur la conduite du BTSA ACSE et de formaliser pour que chacun puisse trouver sa place l’an prochain et s’approprier le dispositif et partager la responsabilité pédagogique d’ensemble. L’enjeu serait donc de profiter de son expertise pour construire le ruban et le formaliser pour être prêt en septembre 2019.

L’équipe s’est donc donnée le temps de travailler et d’anticiper sur cette rentrée à venir (septembre 2019) en commençant à échanger de novembre 2018 à mai 2019 …

Le témoignage que nous vous proposons relate le cheminement de l’équipe. Et, dans un but de partage et d’échanges, il est illustré de nos documents et réflexions, outils, et traces de nos travaux qui pourront sans doute être utile comme matière à des collègues qui travaillent également ces questionnements.

Bonne Lecture !

Lucie Lejeanne, enseignante d’agronomie au lycée du gros chêne à Pontivy et François Guerrier, Agrocampus-Ouest.

Questionner, formaliser, se documenter : Les ACSE développent leurs compétences clés au Lycée du gros chêne (Pontivy 56)




Découvrir les 11 Posters de présentation des projets CASDAR TAE+ 2019

L’appel à projets « Transition agro-écologique des exploitations agricoles et ateliers technologiques de l’enseignement agricole » s’inscrit dans le plan « Enseigner à produire autrement » du projet agro-écologique du ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt.

Cet appel à projet vise à accompagner les efforts de transformations et d’amélioration des exploitations agricoles et ateliers technologiques des établissements d’enseignement agricole pour donner à voir et à expérimenter des formes d’agricultures agroécologiques (conciliant des performances économiques, environnementales, sociales, mais également en soutien de pratiques territoriales agroécologique

Ces projets contribuent à :

Les équipes lauréates de l’appel à projets CASDAR TAE+ 2019 vous proposent de prendre connaissance des posters de présentation de leurs CASDAR TAE+ 2019. Ces posters ont été rédigés par les chef-fes de projets de ces CASDAR avec l’appui et le soutien de Aude Guitton, chargée de mission « projets agro-écologiques » à l’Institut Agro – Florac, et la relecture des accompagnants des équipes projets.

Consulter ces posters à l’adresse suivante : https://wikis.cdrflorac.fr/wikis/casdartae/wakka.php?wiki=PosTers2019

Pour en savoir plus, voir le site de capitalisation des projets CASDAR TAE  (posters, fiches techniques, mutualisation de leurs actions en atelier, témoignage d’acteurs en vidéos, livret 20p de synthèse des résultats…)

Contacts :

Aude Guitton – Chargée de mission « projets agro-écologiques »

L’institut Agro – Florac – Service Agriculture, Environnement et Territoire

Secrétariat : 04 66 65 65 65




GLYPH’EAU Comment répondre à la société sur la question du glyphosate ? EPLEFPA des Sardières.

L’agriculture de conservation vit actuellement une crise : ayant fait figure de nouvelle agriculture (abandon du labour), elle est désormais pointée du doigt en raison de sa dépendance au glyphosate ; cette dépendance tend, dans le débat actuel, à prendre le dessus en termes d’image, sur les externalités pourtant appréciables (biodiversité, sol, temps de travail).

Les BTS ACSE ont été sollicités par un agriculteur en agriculture de conservation pour l’aider dans sa communication auprès du grand public. Ils ont travaillé pendant 15 jours pour répondre à la problématique « agriculture de conservation et glyphosate : que répondre à la société sur la question du glyphosate ? ».

Des temps d’enquêtes et d’échanges auprès d’une diversité d’acteurs ont permis d’explorer la complexité de la controverse et ont permis d’élaborer des réponses, illustrant différentes positions d’acteurs et différentes stratégies de conduite de systèmes de culture, chacune plus ou moins dépendante du glyphosate et plus ou moins durable dans leur rapport aux ressources communes et au territoire.

Découvrez en suivant ce lien la présentation détaillée de cette démarche, avec de nombreuses pièces jointes !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Enseigner à produire autrement : entre empêchements et puissance d’agir

L’accompagnement de la transition agroécologique fait l’objet, dans l’enseignement agricole, du projet stratégique « Enseigner à produire autrement » (EPA) qui vise à mettre en cohérence les finalités (produire autrement) et les moyens d’y arriver (enseigner autrement pour produire autrement). Accompagnatrice d’équipes pédagogiques engagées dans ce plan, Isabelle Gaborieau à pu se rendre compte de leurs difficultés à se saisir de cette prescription.

L’objet de la recherche qu’elle nous présente vise, par l’analyse de l’activité d’enseignants, à mieux comprendre leurs embarras, empêchements mais aussi leurs réussites et ce, dans un diplôme emblématique de l’enseignement agricole : le baccalauréat professionnel « Conduite et gestion de l’entreprise agricole » (CGEA).

A l’appui de deux cadres théoriques, la didactique professionnelle et le cadre théorique du courant pédagogique constructiviste « Enseigner autrement » dans lequel la problématisation et la psychanalyse de la connaissance sont fondamentales, sa thèse vise, Aller à la page Thèsesdans un premier temps, à formaliser l’environnement idéel et prescriptif de l’enseignement agricole comme composante agissante des situations avec lesquelles les enseignants doivent faire.

Son analyse aboutit également à la formalisation du système de représentations et d’action des enseignants, qui, mis au regard de ce que serait le développement de la puissance d’agir des jeunes dans une perspective agroécologique, permet de construire l’esquisse d’une structure conceptuelle de la situation EPA en bac pro CGEA. Celle-ci ouvre sur des pistes pour accompagner au mieux les enseignants dans le cadre des transitions.

Vous pouvez télécharger un résumé de cette thèse et la version complète. Vous trouverez d’autres thèses sur Pollen au menu Recherche & Pédagogie.

 

Nous vous proposons de prendre connaissance des principaux résultats de ce travail avec cette interview d’Isabelle Gaborieau (compter 30 minutes environ). Vous pouvez également naviguer par séquences.

 

Séquences

Le contexte de recherche

 

Un système de tensions

 

Les points de vigilance pour enseigner à produire autrement

 

La puissance d’agir

 

Les points de vigilance pour enseigner à produire autrement

 

 

Interview et réalisation : François Guerrier, AGROCAMPUS-OUEST, L’institut Agro mars 2020.

 




La pédagogie expérimentale dans la dynamique SAGER au Lycée de Fouesnant Bréhoulou (29)

Cheffe de projets de partenariat pour l’EPLEFPA de Brehoulou (29), Amélie Tagliaferro nous présente l’action SAGER dont elle coordonne l’animation.

Plus qu’un projet, SAGER est une dynamique née de problématiques territoriale rencontrées par les aquaculteurs, sur des enjeux  de qualité d’eau, mais aussi depuis quelques années de quantité d’eau du fait de périodes d’étiage plus longes et plus basses. Cette préoccupation amène à imaginer, construire et tester de nouveaux systèmes, plus résilients et moins gourmands en ressources (eau, énergie, matériaux).

Dans le cadre de cette dynamique qui s’inscrit pleinement dans le plan EPA2, la serre Medusa est actuellement en cours de finition. Si sa conception et et sa construction associe déjà les élèves et étudiants, l’enjeu est surtout de pouvoir accueillir et accompagner des porteurs de projets dans des expérimentations concrètes et produire des références étayées et fiables avant de lancer la production à taille réelle.

Pour les apprenants du Lycée, dans le contexte de transition vers l’aqua-écologie, l’enjeu est au moins triple :

  • Il s’agit d’apprendre et de développer ses capacités en testant et en expérimentant pour éprouver ses connaissances en action, et apprendre à agir en situation professionnelle,
  • C’est également de vivre « l’expérience de l’expérimentation » comme une situation professionnelle au même titre que d’autres ; En y prenant plaisir, c’est une façon de construire ses capacités à faire évoluer ses conceptions pour innover et s’adapter en fonction des situations,
  • Dans l’action de travail, c’est enfin l’occasion de permettre du dialogue en inter filière entre les mondes professionnels aquacoles et agricoles qui sont concernés par la ressource « eau ».

En attendant que les élèves finalisent les travaux de gros œuvre de la serre avec leur enseignants, l’heure est à la recherche de partenariats pour équiper la serre Medusa et accueillir les premiers porteurs de projets qui attendent de pouvoir lancer leurs expérimentations. Pour en savoir plus, nous vous invitons à écouter le reportage consacré à la présentation de la dynamique et de l’équipement présent sur le site : lien vers la vidéo de présentation de la dynamique par Amélie Tagliaferro :

François Guerrier, Agrocampus-Ouest

Amélie Tagliaferro, EPLEFPA de Fouesnant-Bréhoulou (29)

janvier 2020




Apprendre à questionner et à analyser le travail pour expliciter sa « SPV » au Lycée de Sées (61)

Comment amener les étudiant-es de BTSA GPN à s’approprier l’épreuve E7 et à se faire une bonne idée de ce qui est attendu à l’examen ? Comment leur permettre d’être plus à l’aise avec cette épreuve et limiter les phénomènes de stress ?

L’établissement de Sées s’est engagé dans une expérimentation pédagogique avec la DRAAF de Normandie, dont l’objet est de travailler à l’évaluation sans note.

En relation à cette expérimentation, l’équipe pédagogique du BTSA GPN s’interroge de savoir comment préparer les élèves à l’épreuve E7. Cette épreuve repose sur l’explicitation d’une Situation Professionnelle Vécue (SPV, dite « ma espévée » par les étudiants). Pour réussir leur épreuve, les étudiants s’inquiètent de savoir ce que le jury attend d’eux lors de cette épreuve, de savoir si leur « espévée » en est bien une, ce qu’il faut pouvoir en dire, etc…

Ici, la difficulté est de pouvoir expliquer à des élèves qui n’ont pas d’expérience professionnelle, comment se préparer efficacement à expliciter à un jury une SPV, en s’appuyant sur une expérience qu’ils et elles n’ont pas encore.

Pour cela, nous avons pris l’option un peu radicale de les placer en situation d’expérimenter avec nous une démarche visant à acquérir des capacités pour questionner et analyser une situation de travail, mais également de porter un regard sur ce qui se transforme dans la relation à l’autre par le biais de ce questionnement.

Il s’agit bien sur pour nous de les placer en situation de faire et de s’exprimer sur leur expérience, ce afin de les amener à voir en quoi ce qu’ils sont en train d’apprendre augmente leur pouvoir d’agir.

Pour en savoir plus sur nos hypothèses et comment nous avons construit et évalué ce dispositif, nous vous invitons à lire le témoignage qui illustre plus en détail les contours de l’expérimentation, dans ce que nous voulions faire, et dans ce que nous avons réussi à tenir, en tout ou partie.

Ce témoignage est complété d’un film de 7 minutes donnant à voir le point de vue des étudiants sur cette expérience, et de deux autres films mettant en scène l’analyse d’une « SPV »…

 

François Guerrier, AGROCAMPUS-OUEST,

Renaud Jegat, EPLEFPA de l’Orne,

Janvier 2020




Une émission de la web radio de l’institut français de l’éducation sur l’agro-écologie dans l’enseignement agricole.

Kadecol est une émission de radio de l’IFé, diffusée sur internet et qui propose chaque mois trois émissions autour de l’éducation, sur des thèmes variés : recherche en éducation, actions de terrain, regards d’experts, actualités de l’Institut français de l’Éducation, sujets nationaux et internationaux…

Cette fois c’est l’enseignement agricole et plus particulièrement l’enseignement de la transition agroécologique qui est à l’honneur, avec Isabelle Gaborieau, cheffe de projet « pédagogie » à la Bergerie Nationale, et Patrick Mayen, professeur émérite en sciences de l’éducation.

Vous pouvez écouter cette émission sur le site Kadecol et aussi télécharger le fichier en mp3.

 

L’IFé a eu la bonne idée de proposer quelques ressources complémentaires :

– Les 12 messages clés pour enseigner la transition agro-écologique en Bac Pro CGEA en courtes vidéos (projet réalisé par cinq établissements dont la Bergerie Nationale et AgroSup Dijon)

– Mayen P., 2013, « Apprendre à produire autrement : quelques conséquences pour former à produire autrement », Pour, vol. 219, no. 3, pp. 247-270

– Gaborieau I. et Peltier C., 2016, « Regards croisés vers un enseignement agricole en 2040 », Pour, vol. 232, no. 4, pp. 131-146

– Gaborieau I., Peltier C. et Blanchard C., 2018, « Positionner des projets éducatifs dans l’enseignement agricole en lien avec la transition agro-écologique. Conception et expérimentation d’un outil », Pour, vol. 234-235, no. 2, pp. 171-181

– Gaborieau I. et Mayen P., 2018, « Étude comparée de deux pratiques enseignantes dans le cadre de l’accompagnement de la Transition agro-écologique », Éducations, vol. 2, no. 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Utiliser Engèle et mieux coopérer en classe pour une perspective agroécologique

Agir pour réduire l’impact environnemental : Apprendre autrement avec le simulateur pédagogique Engèle

Le simulateur pédagogique Engèle s’appuie sur des données scientifiques. Il permet d’appréhender des processus complexes à plusieurs échelles. Il invite à la coopération, à la mise en question et en débat, et fait mieux apprendre en transformant la relation pédagogique.

A l’occasion des journées finales du RMT Elevage et environnement et de la sortie de l’ouvrage  » Pratiques d’élevage et environnement Mesurer, évaluer, agir ; Sandrine Espagnol (coordination éditoriale), Jean-Yves Dourmad (coordination éditoriale), Coline Brame (coordination éditoriale) », nous sommes retournés voire Lise Emeraud, enseignante en zootechnie au lycée Théodore Monod pour recueillir son point de vue, mais également celui de ses élèves.

Pour en savoir plus: nous vous invitons à consulter les vidéos des témoignages https://youtu.be/MNh29PR3Hes  et   https://youtu.be/SUwdBjpAwEE

ainsi que le témoignage en ligne https://pollen.chlorofil.fr/toutes-les-innovations/monparam/2470/

François Guerrier, AGROCAMPUS-OUEST

Novembre 2019




Les ENA, Établissements Nationaux d’Appui, qui sont-ils ?, avec quelles compétences ?

Dans le cadre du plan Enseigner à Produire Autrement, les établissements nationaux d’appui à l’enseignement agricole ont produit une petite plaquette qui présente leurs coordonnées, leurs compétences et leurs activités dans le cadre de ce plan.

Au nombre de 5, les établissements nationaux d’appui mettent en œuvre des actions thématiques prioritaires définies chaque année par la DGER en fonction des besoins des politiques publiques, de la remontée des EPLEFPA et du niveau régional au travers des SRFD.
D’autres actions dites structurelles sont mises en œuvre pour répondre à certains actes prévus par la réglementation (organisation des examens, dispositifs capacitaires) ou d’appui à l’ingénierie pédagogique (rénovation de diplômes, délivrance par unités capitalisables…) ou encore nécessaires au fonctionnement des établissements d’enseignement technique agricole.

Une présentation qui complète les pages déjà existantes sur Pollen :

Accompagner les innovations et les expérimentations pédagogiques. Les services des établissements d’appui.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Un guide « par et pour le référent Enseigner à Produire Autrement ».

Les référents « Enseigner à Produire Autrement » ont contribué, durant quatre années, au déploiement du premier plan Enseigner à Produire Autrement. A l’issue de ces quatre ans, le collectif des différentes institutions du Dispositif National d’Appui qui a suivi et animé le groupe des référents a organisé une capitalisation d’expériences vécues par ces référents (ENSFEA pilote, Agrosup Dijon, SupagroFlorac, CEZ Rambouillet, AgroCampus Ouest et collectif Réso’them). L’objectif de cette capitalisation est double : dresser un bilan, même non exhaustif, des actions menées et expériences vécues par les référents et extraire, de cette analyse, des enseignements dans la perspective du second plan Enseigner à Produire Autrement.

Cela prend la forme d’un « Guide par et pour le référent Enseigner à Produire Autrement » organisé en quatre chapitres donnant chacun à voir un angle d’analyse particulier des actions menées par les référents.

  • Chapitre 1 : Pilotage et organisation de l’activité des référents régionaux.
  • Chapitre 2 : Rôle des référents dans la mobilisation des exploitations agricoles et ateliers technologiques pour enseigner la transition agroécologique
  • Chapitre 3 : La fonction pédagogique des référents EPA
  • Chapitre 4 : Rôle et impacts des référents EPA dans les projets de transition agroécologique multi-partenariaux dans les territoires

Ce guide est à télécharger sur chlorofil.fr

De nombreux témoignages d’établissements engagés dans ce plan Enseigner à produire autrement sont à consulter sur Pollen :

L’instruction au sosie ou comment décrypter une situation professionnelle. Lycée Agricole du Mans.
Concevoir et implanter un verger maraîcher au sein du territoire. EPLEFPA des Flandres
Comment enseigner avec un CASDAR ? Exemple en BTSA ACSE par apprentissage avec le CASDAR Luz’Co à l’EPLEFPA de Cibeins.
Accompagnement et amélioration itérative d’une étude de cas « Gestion de la haie » en BTSA à Melle.
Valoriser les stages des Bac pro CGEA et des BTS Acse sur l’exploitation agricole du lycée de Fontaines
Au lycée agricole Edgard Pisani, en Haute-Marne, une progression pédagogique qui interroge les systèmes polyculture-élevage.
L’agro-foresterie : un projet fédérateur au sein de l’EFPLPEA Georges Pompidou à Aurillac
Un MIL sur l’acceptabilité sociétale d’une installation avicole, au lycée du Mans.
Enseigner le sol autrement à l’EPLEFPA de la Baie de Mont Saint Michel
Au Lycée du Valentin, des élèves et des enseignants associés à l’évolution de l’exploitation, pour une pédagogie collaborative.
En Normandie, l’enseignement agricole dynamise ses partenariats pour mieux enseigner à produire autrement.

Et bien d’autres choses, en utilisant la recherche plein texte, par région ou par critères.