Des expérimentations pédagogiques avec des équipes du lycée agricole de Cibeins – Une analyse de pratique en physique-chimie.

Engagée depuis 3 ans dans le dispositif « Expérimentation innovation pédagogique » pour « Enseigner autrement pour répondre à l’hétérogénéité des publics et des objectifs », l’équipe de 2nde générale, augmentée de celle de BTSA ACSE par apprentissage, a souhaité aller plus loin dans l’analyse de ses pratiques.

Depuis 3 ans, l’équipe enseignante a initié une véritable dynamique collective autour de la réussite des élèves. Si elle a beaucoup échangé et donner à voir, il lui a paru important de se doter d’outils théoriques afin de dépasser l’échange et d’initier des analyses de pratiques lui permettant d’être plus réflexive.

C’est ainsi qu’en janvier 2019, 22 enseignants-formateurs se sont réunis pour s’initier à l’analyse de pratique pédagogique, accompagnés par Isabelle Gaborieau et Christian Peltier de la Bergerie nationale de Rambouillet.

Cette capitalisation est le fruit des cogitations de l’équipe lors de cette première analyse à laquelle Hélène Devillard, l’une des collègues, enseignante en physique-chimie, a bien voulu se plier.

Pour découvrir en détail le déroulement de cette réflexion

 

La vidéo ci-dessous donne la paroles à l’équipe pédagogique de Cibeins.


 

 

 

 




Innover pour enseigner la transition agroécologie : le séminaire Pépiéta

Les 8, 9 et 10 octobre, une délégation d’enseignants et formateurs des 15 établissements engagés en équipe pluridisciplinaire dans la recherche-action Pépiéta CGEA se sont retrouvés à la Bergerie Nationale à Rambouillet pour échanger sur les actions qu’ils et elles conduisent pour que leurs élèves et apprentis puissent acquérir les capacités nécessaires à réussir dans le cadre de la transition agroécologique. Ce séminaire de travail était aussi l’occasion de tirer un certain nombre d’enseignements pour conforter certaines pratiques et apporter des pistes de réflexion aux équipes qui mettent en œuvre la réforme du Bac Pro CGEA.

Ainsi, durant deux journées, 24 personnes ont planché dans le cadre d’ateliers pour confronter leur pratiques et s’approprier des repères pour :

  • apprendre aux élèves/apprentis à questionner et se questionner,
  • oser aborder la transition agroécologique,
  • exploiter les potentiels de développements d’une situation d’apprentissage,
  • apprendre à raisonner des transitions agroécologiques en articulant différentes échelles.

 

Ces établissements, engagés dans la recherche-action Pepieta, sont accompagnés par les équipes d’appui à l’enseignement agricole d’AGROCAMPUS-OUEST, Agrosup-Dijon, la Bergerie Nationale, l’ENSFEA et Momptellier Supagro (Institut de Florac).

 

 

Des points d’appuis pour mettre en œuvre le Bac Pro CGEA

Ils ont également proposé des témoignages de leurs projets sous la forme de posters et d’interventions débat, et ils et elles ont pu proposer quelques recommandations pour repenser leur formation et sa progression et mettre en œuvre la réforme, comme par exemple l’intérêt :

  • d’effectuer une lecture collective du référentiel pour que chacun y trouve sa place et développer une culture partagée ;
  • de travailler en commun les matières techniques et générales et prévoir le temps nécessaire pour permettre aux apprenants d’accéder au sens des apprentissages ;
  • de penser l’organisation et la progression pédagogique de la formation en impliquant la direction et toute l’équipe pédagogique et de prévoir des temps réguliers de régulation entre membres de l’équipe et avec les apprenants ;
  • de construire une progression sur les 3 années  en mobilisant des outils d’analyse de plus en plus complexe au fil de la formation ;
  • de repositionner la transition agroécologique dans une approche globale historique, économique et politique
  • de s’appuyer sur des systèmes variés pour appréhender le fonctionnement d’une entreprise agricole dans son territoire et comprendre les enjeux de transition agroécologiques et les différentes échelles imbriquées d’intervention ;
  • mise en situation concrètes des élèves pour élargir leur champ de références et pour leur permettre d’éprouver par l’expérience les savoirs et savoir-faire ;
  • anticiper et piloter les interventions conduites dans le cadre de mise en situations concrètes des élèves (définition en amont des objectifs de formation puis retour sur les activités concrètes réalisées en lien avec ces objectifs) ;
  • la nécessité d’inclure les maitres de stages et maitres d’apprentissage dans cette formation rénovée ;

Les apports du comité scientifique

Parmi plusieurs apports appréciés du collectif des enseignants et formateurs à la manette, le comité scientifique, composé de Patrick Mayen et Fanny Chrétien, a mis en exergue certains points relevés pendant le séminaire.

Dans sa communication Fanny Chrétien a ainsi noté l’importance des savoirs fondamentaux, d’ordonner différentes modalités pédagogiques, d’agencer finement les compétences développées par les équipes pour appréhender l’agroécosystème en lien avec les pratiques agricoles, de travailler les représentations sociales des apprenants qui sont percutés de plein fouet par les enjeux de durabilité et par ce qu’implique l’évolution vers un nouveau métier d’agriculteur agroécologue pour inviter à une réflexion sur  l’autonomie comme un bien commun.

Patrick Mayen a quant à lui mis l’accent sur  l’évolution du contexte et des enjeux depuis le lancement du plan Enseigner à produire autrement en 2014 . Il a également salué l’ampleur du travail réalisé par les équipes Pepieta qui a permis de redécouvrir les atouts de l’enseignement agricole et son potentiel de développement. Il a souligné la dimension opératoire de la notion de ressources communes pour la formation, l’importance de développer des stratégies d’apprentissage pour développer la capacité de penser, de raisonner, de réfléchir indispensable en tant qu’agriculteur mais aussi de citoyen et à insister sur le rôle du langage pour développer la pensée et cela au-delà des enjeux liés à la transition agro-écologique.

Les intervenants ont  également mentionné l’ouvrage « VALORISER LE POTENTIEL D’APPRENTISSAGE DES EXPÉRIENCES PROFESSIONNELLES : Repères, démarches et outils pour accompagner l’apprenant en formation par alternance…  » coordonné par Armelle Lainé et Patrick Mayen  à paraitre prochainement dans la collection praxis d’Educagri Edition

De nombreuses ressources à disposition

Plusieurs ressources ont également pu être échangées :

Toutes sont accessibles sur le site Chlorofil, avec en plus des témoignages et vidéos des expérimentations pédagogiques Pepieta  publiées dans Pollen.

Le point avec le comité de pilotage de la DGER

Enfin, le comité de pilotage de la DGER invité à participé à la clôture du séminaire le  9  octobre  matin a particulièrement apprécié la dynamique à l’œuvre, l’ensemble des productions et des retours constructifs que les équipes ont pu fait (importance du temps, de la continuité des actions, …) et des ressources produites.

Enfin, le comité de pilotage de la DGER invité à participé à la clôture du séminaire le  9  octobre  matin a particulièrement apprécié la dynamique à l’œuvre, l’ensemble des productions et des retours constructifs que les équipes ont pu fait (importance du temps, de la continuité des actions, …) et des ressources produites. Le début de valorisation de cette action va être poursuivi sur 2020.

Nous tenons à remercier les participants à ces journées et les 15 établissements qui ont participé à cette action ainsi que les chargés de mission des 5 établissements Nationaux d’Appui qui ont encouragé et accompagnés les équipes dans la réalisation de leur projets et organisé et animé ce séminaire.

 

Béatrice Degrange Agrosup-Dijon

François Guerrier Agrocampus-Ouest

 

 

 




La réussite de la classe inversée en BTSA Gestion Forestière, au CEFA de Montélimar.

Nous décrivons ici le déploiement de la classe inversée au Cefa de Montélimar après 2 ans de mise en œuvre au sein de l’équipe de BTS GF.

Cette action menée dans le cadre des expérimentations pédagogiques, accompagnée par MontpellierSup Agro, est représentative de l’innovation réfléchie sur un temps long, qui questionne les postures et les habitudes des enseignants, mais aussi des élèves, qui s’implante par étapes et qui se diffuse petit à petit.

Un bel exemple de démarche concertée, organisée, accompagnée et enrichissante pour tous.

Retrouvez ici tous les détails sur le développement de cette classe inversée.

 

Et en vidéo le témoignages des élèves.


 

 

 

 




« Lumière sur la Solidarité », le projet LumoS à l’EPLEFPA de la Haute-Somme.

Le projet LumoS vise à mettre en lumière comment les initiatives solidaires d’un établissement agricole ne disposant pas d’exploitation agricole peuvent permettre l’innovation pédagogique et le développement du territoire. Le projet LumoS consiste dans un premier temps à recenser, analyser et valoriser les initiatives solidaires mises en place au sein du lycée, du CFPPA et du jardin d’insertion de l’établissement. L’analyse des pratiques vise in fine à mettre en place des outils bénéfiques à l’équipe éducative et à l’ensemble des apprenants pour la mise en place de nouvelles initiatives.

Découvrez en détail le fonctionnement de cette expérimentation pédagogique !

 

 

 

 

 




Un EIE, Enseignement à l’Initiative de l’Etablissement, « Engagement citoyen » au LEPRP L’Oustal

Dans la perspective de la mise en œuvre d’une unité facultative « Engagement citoyen » à la rentrée 2019, en Terminale Baccalauréat professionnel Services Aux Personnes et Aux Territoires (SAPAT), l’EIE « Engagement citoyen » est conçu comme une démarche d’expérimentation.

Celle-ci vise à tester en classe de Première, pendant l’année scolaire 2018-2019, des pratiques qui alimenteront la réflexion de l’équipe pédagogique.

Les moments forts ont été une intervention de partenaires institutionnels en plénière et un Forum citoyen.

Découvrez en détail le déroulement de cette expérimentation

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Développement de la classe inversée en BTSA Gestion Forestière au CEFA de Montélimar.

Une expérimentation de cours en classe inversée a été initiée en 2014-15 au CEFA de Montélimar en BTS Gestion Forestière. Les objectifs étaient d’accroître l’efficacité des cours, l’implication des étudiants et l’acquisition de compétences pour accroître leur professionnalisation.

Cette action est menée dans le cadre des « Expérimentations pédagogiques », dispositif qui permet de demander à sa DRAAF SRFD un accompagnement à essayer de nouvelles pratiques pédagogiques. Ainsi une expérimentation pédagogique en établissement  peut faire l’objet d’un accompagnement du DNA, dispositif National D’appui (voir la note de service sur Pollen Témoigner d’une expérimentation). Dans ce cas c’est Aurélie Javelle, de Montpellier Sup Agro Florac, qui aide le CEFA de Montélimar dans sa démarche.

Il est intéressant de voir comment une initiative individuelle, dans un projet soutenu par la direction, soutenu institutionnellement, s’étend progressivement à l’ensemble d’une équipeAller au descriptif détaillé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Réalité virtuelle en cours d’anglais au lycée agricole du Bourbonnais.

La réalité virtuelle est une technologie informatique qui permet de simuler la présence physique de l’utilisateur dans un environnement artificiel. Elle a été créée pour reproduire une expérience sensorielle, en premier lieu celle de la vue et de l’ouïe. Grâce aux casques, l’utilisateur a une vision à 360° qui peut être associée à un dispositif audio (écouteurs ou enceintes) : lorsqu’il tourne la tête, l’image tourne en même temps. Il voit tout ce qui se passe autour de lui et entend les bruitages.

A l’épreuve d’anglais, en bac professionnel ou général, une partie de l’épreuve orale consiste à décrire l’image présentée. Cette description doit être conséquente en terme de contenu, car souvent les élèves ont beaucoup moins de choses à dire sur la partie analyse du document. L’ensemble des apprenants a mal à décrire des lieux de tous les jours, souvent par manque de vocabulaire, et car ils ne le font pas souvent à l’oral.

Pour cela un enseignant d’anglais du lycée agricole du Bourbonnais, lycée engagé dans un projet régional « Lycée numérique 3.0 » et dans une expérimentation pédagogique validée par la DRAAF AUvergne Rhône Alpes, a développé l’usage d’un casque de réalité virtuelle.

 

A découvrir en détail sur Pollen

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Des jeux pédagogiques français-anglais pour mémoriser le vocabulaire professionnel du vin

Au lycée viticole d’Orange, une expérimentation pédagogique est en cours pour développer des jeux pour apprendre l’anglais et rendre les élèves opérationnels lors du salon des vins du lycée.

Quatre jeux sont développés, pour les expressions usuelles, la prononciation, les expressions et le vocabulaire viticole.

Découvrez en détail ce projet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Évaluation formative sans note des capacités pour une meilleure estime de soi et une meilleure insertion, à l’EPL d’Alençon – Sées.

Dans le cadre de la mise en œuvre de l’évaluation par capacités, plusieurs équipes de BTS (une classe de GPN, une DATR et une classe PA) ont choisi d’expérimenter une évaluation formative des capacités sans note.
Cette expérimentation vise à une meilleure estime de soi des étudiants et apprentis, l’ancrochage et la valorisation des acquis pour une meilleure insertion professionnelle et sociale. Elle exige une analyse fine des pratiques pédagogiques afin de les faire évoluer vers une meilleure compréhension des objectifs et processus d’apprentissage.

Découvrez le détail de cette expérimentation pédagogique.

Cette action sera présentée lors des deuxièmes rencontres nationales de l’innovation pédagogique 2017, qui se dérouleront à Dijon les 9 et 10 novembre 2017 sur le thème Conduite du changement & démarches collectives.

 

 

 

 

 




Se mettre à table pour co-construire en équipe ?

Le LPA de Chambray-lès-Tours est un établissement situé en zone péri-urbaine. Il compte 166 élèves, répartis sur 3 formations (CAPa SAPVER, Bac Pro TCVA et SAPAT). Fort d’une grande diversité culturelle puisque l’on dénombre jusqu’à 15 nationalité différentes, dont des primo-arrivants, les différentes profils des élèves présentent une forte hétérogénéité sur les plans scolaires, sociaux, personnels et orientation professionnelle. Cette diversité est également une richesse du côté de l’équipe éducative et pédagogique qui compte des trajectoires et des profils variés.

Comme pour de nombreux établissements, le temps est une ressource rare pour chaque acteur, ce qui contraint les possibilités de travailler ensemble et de réaliser des économies d’apprentissage.

Engagés dans l’action « initiative CAPa », l’équipe projet et leurs accompagnateurs ont proposé un exercice visant à faciliter le travail en équipe pour permettre l’appropriation du dispositif par tous et une meilleur visibilité du travail de chacun au service du dispositif CAPa. Ainsi, c’est sous la forme d’une frise réalisée lors d’un temps commun organisé par l’équipe de direction, que chacun a pu se positionner en contribuant à l’élaboration du dispositif CAPa SAPVER de Chambray.

Pour en savoir plus sur la méthode de travail utilisée, nous vous invitons à consulter leur témoignage.