Travailler sur les ressources communes à partir de l’animation d’un groupe de développement (TDTI) ?

L’innovation pédagogique autour du dispositif « toutes différentes, toutes intéressantes »  se poursuit à Caulnes dans le cadre d’une saison 3 !

Ce dispositif qui comprend plusieurs étapes, a comme objectifs de développer les interactions langagières et de faire de la place aux élèves (et à la parole des élèves), en les entrainant au questionnement, mais également  à raisonner, à s’écouter, à argumenter, etc … à partir de leur situations propres.

Aussi, le principe est de produire de la connaissance à partir des questions (préoccupations, problématiques…) qu’ils et elles se posent avec leurs maîtres de stage, de donner à voir la variété des pistes de solutions possibles, puis d’en retenir une pour l’explorer en détail. Il s’agit alors de traiter les différentes sous questions que ne manque pas de poser la solution retenue, ce qui invite à examiner les conséquences des choix des pratiques.

Comme chaque année, nous nous apercevons que ce travail fait évoluer les relations entre élèves, et entre les jeunes et les adultes. Les situations évoquées apportent des problèmes très concrets qui touchent directement les apprenants car quand il n’est pas question de leur exploitation de stage, il est question de celle de leur camarade. Aussi, il devient important de se construire des références et d’aborder les différentes facettes d’un problème : économique, technique, biologique, physique, mathématique, agronomique, ou encore culturel.

Cette année, avec leurs enseignants les élèves de première CGEA ont décidé de se concentrer sur une solution de réduction du coût alimentaire en développant la couverture permanente des sols et d’évaluer les impacts sur les plans économiques, de la faisabilité technique, mais également sur les conséquences des choix sur la ressource commune eau en travaillant particulièrement les différentes échelles (les parcelles, l’exploitation, le territoire et l’environnement). Le travail d’analyse et d’exploration fait, elles et ils ont échangé sur leur projet avec les élèves de seconde pro.

Dans la vidéo suivante, les élèves présentent leur travail et donnent à voir un peu de leurs échanges

 

Un bilan est prévu dans un prochain témoignage à paraître pour pointer les points de vigilance et les effets constatés par les enseignants, qui  » ne courent plus après eux pour avoir les rapports de stage… »

François Guerrier AGROCAMPUS-OUEST

Benoît Jamet, Evelyne Bohuon et Sandrine Poulet EPLEFPA de Caulnes

Pour en savoir plus sur ce dispositif : francois.guerrier@agrocampus-ouets.fr, evelyne.bohuon@educagri.fr et les différents témoignages dans pollen ! 

TDTI est un dispositif développé dans le cadre des expérimentations pédagogiques et du dispositif EPA de la région Bretagne




Instituer l’analyse d’une situation de travail à partir d’une photo significative pour son auteur

Le stage sur la ferme est une activité appréciée des élèves. Un système d’évaluation avait été mis en place plusieurs année auparavant, mais il avait tendance à s’essouffler car sans lien réel avec le reste de l’enseignement. Au final les élèves y allaient en touriste.

Par ailleurs, faisant face à une montée de comportements conflictuels en Bac Pro CGEA notamment, nous avons engagé avec la DRAAF/SRFD Bretagne et dans le cadre du DNA* une réflexion collective pour revisiter certaines de nos pratiques pédagogiques dans une perspective d’ancrochage. Il s’agit pour nous de :

  • rendre plus explicites certaines de nos intentions pédagogiques,
  • à redonner de la visibilité et de la lisibilité au cadre de travail (relations, stabilité et cohérence entre climat éducatif et d’apprentissage),
  • donner plus de place aux élèves dans leurs apprentissages (être vigilant à ne pas penser à leur place !),
  • donner plus de sens aux activités pédagogiques en associant régulièrement les élèves aux processus d’évaluation (individuel, groupe, pratiques professionnelles, système d’exploitation, etc…), tout en accompagnant les relations avec les objectifs du référentiels (évaluation des capacités),
  • … et appliquer ces quelques principes aux relations entre adultes.

En résumé : comment (re)créer les conditions de la confiance, intéresser et combattre l’ennui, renforcer et développer les solidarités.

Dans cette perspective, et pour redonner de la valeur à l’activité stage ferme aux yeux des élèves et des personnels de l’exploitation, et des enseignants, nous avons revisité cette pratique.

Le moteur de l’activité s’appuie sur l’engagement et le travail des élèves pendant ce stage pour en faire une activité où l’on va apporter au collectif de la classe une situation professionnelle qui sera analysée, et où l’on va évaluer simultanément la situation professionnelle et les actions mises en œuvre pour la maîtriser.

Cela fait maintenant quelques mois que nous fonctionnons ainsi, et nous avons pu constater un plus grand intérêt pour le stage ferme, du côté des élèves, des salariés d’exploitation et de la classe.

Pour en savoir un peu plus sur les modalités pratiques, nous vous invitions à consulter le témoignage en ligne mafermedebrehoulou

Frédéric Mouchy/Joêl Dagorn (EPLEFPA de Bréhoulou)

François Guerrier (Agrocampus-Ouest)

 

DNA : Dispostif National d’Appui de la Direction Général de l’Enseignement et de la Recherche. L’action Ancrochage est portée par le BVIE (Bureau de la vie scolaire, étudiante et de l’insertion).




6 capsules vidéo pour aborder l’oral d’explicitation de pratiques professionnelles

Comment préparer l’épreuve terminale de CAPa ? Comment entraîner les élèves à expliciter leurs pratiques ? Quel questionnement pour quelle évaluation ? Au travers d’un ensemble de 6 vidéos thématiques, communes à toutes les spécialités du CAPa, AgroSup Dijon-Eduter Ingénierie vous apporte un regard éclairé pour préparer les apprenants aux oraux d’explicitation dans le cadre de l’évaluation de la capacité C41 des CAPa.

Chacune d’elle dure entre 7 et 15 minutes, et se centre sur des moments particuliers :

Deux vidéos, relatives aux spécialités Jardinier-Paysagiste et Métiers de l’Agriculture support Ruminants, montrent l’ensemble des étapes de préparation de l’épreuve, des situations vécues en entreprise jusqu’à la décision des évaluateurs. Elles peuvent être visionnées avec les apprenants ainsi qu’avec les membres de jury (en particulier professionnels) lors des temps d’harmonisation :

Bon visionnage !

 

Contact : francoise.heraut@educagri.fr estelle.veuillerot@educagri.fr




Une formation innovante pour les enseignants et formateurs de l’enseignement agricole

L’enseignement technique agricole, public et privé, emploie environ 20 000 enseignants et formateurs. Ils interviennent pour la plupart dans des formations menant à un diplôme délivré par le ministère de l’agriculture.

Pour former tous les acteurs du ministère de l’agriculture qui interviennent dans le processus d’évaluation, le ministère de l’agriculture a développé une formation en ligne, nommée Cap’Eval.

Cette formation de type Mooc va se dérouler sur 6 semaines de novembre à décembre 2018. Les inscriptions se font en établissement, sous couvert du chef d’établissement.

Davantage de renseignements sur chlorofil.fr/capeval

 

L’évaluation certificative, ce qu’en pensent les enseignants et les élèves.

 

 

 

 

 




Avec VITEA, projet Erasmus+ la taille de vigne innove au niveau européen !

Le projet de partenariat stratégique VITEA pour l’Enseignement et la Formation Professionnels du programme européen ERASMUS + a pour objectif le développement de l’employabilité en Europe des tailleurs de vigne. 

Conduit par l’EPLEFPA du Périgord il réunit 11 partenaires : 8 écoles, 2 prestataires de services et une institution éducative de 7 pays (Autriche, Espagne, France, Hongrie, Italie, Portugal et Slovénie).  La démarche européenne ECVET a facilité et dynamisé les travaux.

Qu’est-ce qu’ECVET ?
Le système européen de crédit d’apprentissages pour l’enseignement et la formation professionnels, désigné sous l’acronyme d’ECVET, est un instrument européen de la transparence des compétences et des qualifications qui vise à développer la mobilité pour tous et à favoriser les apprentissages tout au long de la vie. Plus spécifiquement, ECVET est un cadre technique dont les conditions de mise en œuvre permettent, le transfert, la reconnaissance et l’accumulation des acquis d’apprentissages validés à l’issue de mobilités en vue de l’obtention d’une certification professionnelle (diplôme, titre ou certificat).

Des outils partagés.
De 2015 à 2017 les partenaires ont en commun retenu 2 niveaux de tailleurs dans le Cadre Européen des Certifications puis défini les activités qu’un tailleur doit maîtriser. Ils ont alors construit les outils indispensables aux  évaluations et à la mobilité de tous les types d’apprenants (élèves, apprentis, adultes) : unités d’acquis d’apprentissage (lien vers les documents 2), grilles d’évaluation (lien vers documents 3), conditions des épreuves, documents de soutien aux mobilités.

Deux apprenants par niveau des 8 écoles partenaires ont expérimenté ces outils lors de 2 chantiers de taille à l’étranger : test à Conegliano en Italie (novembre 2016) puis évaluation réelle à Krems en Autriche (mars 2017).

Le guide opérationnel (lien vers document 1) du projet a l’ambition de proposer un kit pour la mise en place pédagogique et pratique de ces évaluations.                                                                                                

Les partenaires du projet VITEA envisagent de poursuivre ensemble sur la voie de la certification  européenne pour les tailleurs de vigne.

Documents :

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Évaluation formative sans note des capacités pour une meilleure estime de soi et une meilleure insertion, à l’EPL d’Alençon – Sées.

Dans le cadre de la mise en œuvre de l’évaluation par capacités, plusieurs équipes de BTS (une classe de GPN, une DATR et une classe PA) ont choisi d’expérimenter une évaluation formative des capacités sans note.
Cette expérimentation vise à une meilleure estime de soi des étudiants et apprentis, l’ancrochage et la valorisation des acquis pour une meilleure insertion professionnelle et sociale. Elle exige une analyse fine des pratiques pédagogiques afin de les faire évoluer vers une meilleure compréhension des objectifs et processus d’apprentissage.

Découvrez le détail de cette expérimentation pédagogique.

Cette action sera présentée lors des deuxièmes rencontres nationales de l’innovation pédagogique 2017, qui se dérouleront à Dijon les 9 et 10 novembre 2017 sur le thème Conduite du changement & démarches collectives.

 

 

 

 

 




Les « petits papiers », pour une rétroaction immédiate en classe.

Beaucoup d’enseignants se demandent comment sont perçus les cours qu’ils donnent, ou ce que les élèves en retiennent. Utiliser une nouvelle technique pédagogique comme celle des Petits Papiers est un moyen de répondre à ces questions de manière simple, et de faire un retour aux élèves, de « donner du feedback ».
Durant notre année de formation à l’ENSFEA, nous avons tenté de répondre à cette question en testant la technique des Petits Papiers dans nos établissements respectifs.
Six enseignants, des lycées agricoles de Laval, Angers et Rodez, ont joué le jeu de la découverte de cet outil pédagogique en étant observés sur des critères précis : temps de préparation, facilité d’utilisation, réaction des élèves, comment sont données les consignes…

Les entretiens que nous avons menés avec eux nous ont convaincus de la facilité à s’approprier cet outil, qui ne nécessite ni matériel informatique ni formation spécifique préalable.

La technique est simple, rapide (moins de cinq minutes), ludique, elle consiste à proposer aux élèves de répondre à deux questions simples : « qu’avez-vous retenu ? », « qu’est-ce que vous n’avez pas compris ? » par exemple (les questions peuvent être adaptées selon les besoins de l’enseignant).

Deux papiers de couleurs différentes sont distribués aux élèves, en leur spécifiant quelle couleur correspond à quelle question. Les élèves ont une ou deux minutes pour noter leurs réponses courtes avant de rendre leurs papiers. L’enseignant fera une analyse des réponses pour faire un retour aux élèves.

Découvrez la description détaillée de cette technique et le témoignage des enseignants en vidéo.