Liste des actions

Enseigner la stratégie en BTS ACSE au lycée de Nérac.

Lycée Agricole Armand Fallières, Nouvelle-Aquitaine

Route de Francescas

 47600 Nérac

Tél : 0553974000
Site web : http://www.epl47.educagri.fr/lycee/nerac.html
Responsable : Philippe BELLET , philippe.bellet@educagri.fr
Rédacteur de la fiche : Nathalie Bletterie, SupAgro site de Florac
, nathalie.bletterie@supagro.fr

DESCRIPTION SYNTHETIQUE DE L’ACTION

Les étudiants BTS ACSE de 2ème année ont été mis par groupes de trois, autour de tables en îlots, et sont en train de fabriquer des cartes causales à partir du matériau recueilli sur une exploitation agricole. Ils sont très concentrés, discutent entre eux, arbitrent, remplissent des post-it avec de gros feutres, et font petit à petit tenir debout le discours d’un agriculteur dans un grand schéma heuristique sur une feuille de paperboard.

 

L’enseignant d’économie, Philippe Bellet, attend derrière son bureau, pour le moment inutile. Il arbore un grand sourire car c’est son indicateur de réussite de la séquence.Cette matinée banalisée autour des outils de la stratégie, qui se déroule à Nérac sous l’accompagnement de Nathalie Bletterie, de Montpellier SupAgro, il l’a préparée depuis longtemps. Elle est le résultat de toute une progression de ses étudiants de BTS ACSE depuis deux ans, dans le cadre du module M56 « stratégie de l’entreprise agricole ». Et la touche finale de leur préparation à l’épreuve de soutenance du dossier de stage (E7.1), qui aura lieu dans un mois .

 

Vous avez dit stratégie ?

Tout a commencé pour lui à la rentrée 2015/2016, quand on lui a confié l’enseignement du module M56 du diplôme du BTS ACSE, ce qui a déclenché chez lui une multitude de questions : comment enseigner la stratégie ? Avec quels outils ? Comment l’évaluer en CCF ? Quel réinvestissement possible en vue des épreuves terminales (E7.1 et E7.2) ?

Au cours d’une session de regroupement des enseignants d’économie à Paris suite au changement du référentiel du BTS ACSE, Philippe Jeanneaux de VetagroSup est intervenu à l’ENSFEA de Toulouse pour présenter la démarche stratégique. Philippe Bellet y a assisté, mais est revenu avec encore beaucoup de questions. Il a alors cherché une formation spécifique sur la stratégie, et a assisté à une première session de stage à Florac en février 2016, animée par Nathalie Bletterie et Loïc Braïda. Il y a découvert le changement de posture nécessaire pour s’immerger dans un telle démarche : remettre l’agriculteur au centre, sortir d’une posture d’expert et de conseilleur pour aller à sa rencontre et l’accompagner dans l’émergence et la réalisation de son projet.

Il a également commencé à assimiler quelques outils extraits de la démarche PerfEA, comme le schéma des frontières, permettant de faire parler l’agriculteur sur la gouvernance de son exploitation, et un blason permettant de l’interroger sur ses réussites et ses échecs, sur les missions de son exploitation, et sur ses valeurs, et de réfléchir sur la vision qu’il a de son exploitation dans 5 ans.

Tout ceci est complété par la roue de la performance globale, permettant d’interroger l’exploitant sur tout ce qui participe aux performances de son entreprise, et tout ce qui la dessert.

 

Pour appliquer ces outils qui permettent un dialogue constructif avec l’exploitant pas besoin d’une visite sur l’exploitation, ils peuvent en effet être appliqués n’importe où, ce qui permet d’inviter l’agriculteur à venir en classe et de sortir des cadres habituels.

 

Avec tout ce matériau une carte causale est élaborée par les étudiants. C’est en fait un grand schéma heuristique qui reprend les éléments du discours pour les mettre en lien de cause à effet les uns avec les autres, qui permet de faire réfléchir les apprenants, de leur faire acquérir une vision globale du fonctionnement de l’exploitation, et de dégager des cibles stratégiques à atteindre pour la réalisation du projet. On formule ensuite des axes stratégiques mêlant objectifs clairs et ces cibles à atteindre, pour communiquer clairement sur le projet de l’exploitant. Ces axes sont ensuite déclinés dans un tableau de bord stratégique, et associés à des indicateurs faciles à mesurer pour contrôler l’avancement du projet année après année.

La posture d’accompagnement peut être travaillée en amont au cours de séquences en pluridisciplinarité avec l’ESC. Il s’agit d’écoute active, de reformulation, de non-jugement et d’ouverture d’esprit, d’une volonté de sortir des modèles et de faire se questionner l’agriculteur plutôt que de lui apporter des réponses toutes faites : « difficile de ne pas se trahir par des mimiques explicites quand on n’est pas d’accord avec ce que dit l’agriculteur ! » avoue un des étudiants, qui découvre l’importance du langage non verbal dans la posture d’écoute.

Entre diagnostic global d’exploitation et stratégie, faut-il choisir ?

Revenu de ce premier stage, Philippe s’est alors posé les questions suivantes : « comment s’appuyer sur la démarche de diagnostic global pour aller vers la démarche stratégique ? Comment sensibiliser les étudiants au nécessaire changement de posture ?» Son objectif est alors de permettre aux étudiant de s’approprier et de maîtriser les outils de la démarche stratégique, afin d’enrichir la présentation orale de l’épreuve E7.1 du rapport de stage. Peut- être dans un avenir proche certains étudiants mettront en pratique la démarche stratégique dans le cadre d’une Situation professionnelle Vécue et pourront valoriser cette expérience au cours de l’Epreuve E7.2 du BTSA ACSE. Il souhaite ainsi améliorer la pertinence des étudiants lors des épreuves terminales en privilégiant l’analyse c’est à dire la mise en évidence des interactions entre les éléments et la hiérarchisation. Ce que la carte causale favorise grandement !

Pour cela il ne peut travailler seul. Tout d’abord il faut trouver un exploitant agricole proche du lycée, son entreprise sera le support d’étude pour toute la démarche à mener. D’autres enseignants s’associent avec Philippe, non seulement ses collègues d’économie, mais aussi ceux de zootechnie et d’agronomie notamment en vue de l’épreuve CCF commune E54-E64. Une première visite a lieu en première année de BTS ACSE, selon la méthodologie de l’AGEA conformément aux critères d’évaluation de l’épreuve E7.1. Elle est importante, les étudiants vont pouvoir ensuite s’appuyer dessus en deuxième année notamment pour l’élaboration des différents diagnostics partiels mais aussi pour la mise en œuvre de la démarche stratégique. La visite ayant eu lieu sur l’exploitation en année de première, c’est au lycée, en classe de terminale, que l’exploitant est convié pour répondre aux questions des étudiants, sur la base des outils cités ci-dessus.

Entre temps Philippe participe à une deuxième session à Florac. Il échange avec ses pairs et fait le point avec les formateurs sur ce qu’il a déjà déployé. Il se perfectionne sur la carte causale et réfléchit à la mise en œuvre d’une nouvelle modalité d’évaluation de l’épreuve certificative E54-E64 qui « tienne debout ». Il en vient vite à la conclusion qu’il faut emmener avec lui ses collègues de BTS ACSE, et pas seulement ceux qui l’ont déjà rejoint : les sciences humaines ont toute leur place pour des séances de pluri riches sur le changement de posture. « cela nous a fait prendre conscience de l’importance de former une équipe interdisciplinaire », dit Philippe. « j’aurais souhaité que tous mes collègues puissent assister à l’entretien avec l’agriculteur en deuxième année, ce qui n’a malheureusement pas été possible à cause des contraintes de l’emploi du temps ; il est important que le proviseur adjoint puisse être associé au projet, pour être pleinement convaincu du bien fondé de la démarche, et faciliter les choses au niveau organisationnel ».

Jusqu’à présent, le déroulé adopté par l’équipe pour l’évaluation CCF était le suivant :

  • – une visite en première année sur l’exploitation partenaire à proximité
  • – en deuxième année, une pré-visite des enseignants sur l’exploitation pour présenter la démarche stratégique à l’agriculteur, et les outils qui vont être utilisés (1h d’entretien)
  • – puis l’agriculteur se déplace au lycée, dans la classe, et répond aux questions des étudiants (3h d’entretien)
  • – les étudiants sont ensuite évalués en CFF sous la forme d’un écrit de 4h afin d’identifier les principaux axes stratégiques de l’exploitant.

Pour cela les outils de la démarche stratégique ont été utilisés, ainsi que le wiki stratégie produit au cours d’un CASDAR, et le moodle de l’ENT (LEA) Nouvelle Aquitaine qui a permis de mettre les cours en ligne pour les étudiants (voir fichiers à télécharger ci-dessous).

D’ores et déjà, l’agriculteur participant a trouvé que c’était une bonne expérience gagnant-gagnant pour lui, et les résultats au CCF ont été bien meilleurs, avec des étudiants plus dynamiques, plus participatifs qui ont produit davantage d’éléments d’analyse et de hiérarchisation.

Des résultats encourageants

Une semaine combinée étudiants / exploitants / enseignants :
Les enseignants ont pris conscience du potentiel d’implication et d’expertise des élèves, ce qui a déclenché une volonté de travail en équipe, avec l’ambition d’arriver à banaliser une semaine sur la démarche stratégique dès la future promo. Pendant cette semaine plusieurs exploitants accueilleraient des groupes de quatre étudiants avec leurs enseignant-tuteur (binôme prof éco et prof technique) et ils pourraient être sollicités ensuite au téléphone autant que de besoin durant la semaine. Ce travail débouchera sur la production d’un dossier écrit, et une évaluation orale en présence des agriculteurs, et des enseignants d’agro/zoo/économie, pour le CCF E54-E64.

Un débat sur les concepts et les outils :
Il est intéressant pour l’étudiant de prolonger la démarche de l’AGEA sur une vision à 3-5 ans, et d’avoir à sa disposition des outils qui le permettent. Cependant, le fait de devoir recourir à la démarche de diagnostic global en vue de l’épreuve du dossier de stage (compte tenu des critères d’évaluation) rend difficile l’application de la démarche stratégique telle quelle, car il y a des confusions de vocabulaire entre les deux méthodes, qu’il va falloir lever, avec un gros travail de clarification entre les deux. Peut-être faudrait-il se résoudre à raisonner en points positifs et en points négatifs et faire le deuil des concepts d’atouts/points forts, contraintes/points faibles, propres à l’AGEA. Mais les enseignants sont-ils prêts à ce lâcher prise ?

Une vision heuristique spontanée :
Quant au passage par la carte causale, apparemment un gros frein pour les enseignants, elle n’en est pas un pour les étudiants comme cela vient d’être prouvé après ce test à Nérac :
« elle est simple à réaliser lorsque le système est bien compris, même si c’est plus facile à faire en groupe » ; « grâce à elle les objectifs sont simples à trouver », disent les étudiants.

Travailler en confiance et en équipe

Pour Philippe Bellet, ce qui est important pour enseigner la démarche stratégique, c’est tout d’abord de travailler en équipe. Mais c’est aussi de travailler sur le lâcher prise, car l’expérience montre que toutes les choses se débloquent au moment où les étudiants vont passer à l’action, et en particulier quand ils vont travailler sur la carte causale qui met tout en cohérence. Et surtout, il ne faut pas s’interdire de sortir du cadre pour libérer des choses, et se permettre d’associer posture d’expert et posture d’accompagnant des étudiants pendant la démarche. « Nous devons faire confiance aux étudiants et ne pas les sous estimer ! »

Pour y parvenir, les enseignants peuvent se former à la démarche stratégique dans le cadre du PNF à l’institut de Florac, mais aussi en région en contactant leur DRIF pour organiser des sessions en PRF : ils y apprendront notamment comment changer de posture, à utiliser davantage leur cerveau droit créatif, à se détacher du résultat en faisant confiance aux élèves… Tout un programme pour mettre la stratégie au cœur de la formation en BTS ACSE.

Voir en téléchargement ci-dessous :

  • La progression de Philippe Bellet
  • Les contenus sur l’ENT LEA
  • Le sujet intégral du CCF 2017

 

FICHIERS A TELECHARGER

Descriptif : Extrait de la progression pédagogique
2.Extrait-progression-btsa-2016-2017.odt

Descriptif : Les contenus sur l’ENT LEA
1.Capture-écran-ENT-Léa-M56-BELLET-Ph-Nérac.odt

Descriptif : Le sujet intégral du CCF 2017
3.Sujet-E.5.4-E.6.4-Avril2017Nerac.pdf

VIDEOS

 

Mots-clés : Agroécologie, Exploitation agricole, halle, atelier, Pédagogie de groupe, de pairs, Pédagogie de projet

Voie de formation : Formation initiale
Niveau de formation : III (BTS)
Initiative du dispositif : Locale
Structure d’appui : Etablissement National d’Appui

Etat de l’action : Terminée
Nature de l’action : Innovation
Etablissement National d’Appui : MontpellierSup Agro

 

COMMENTAIRES

Aucune entrée trouvée

Ajouter un commentaire