Liste des actions

Le suivi des auxiliaires de culture sur la ferme du lycée : un support d’apprentissages pour plusieurs filières à Vesoul AgroCampus

Vesoul AgroCampus, Grand Est

16 rue Edouard Belin

 70000 Vesoul

Tél : 0384968500
Site web : https://www.vesoul-agrocampus.fr/
Responsable : Perrine LAIR , perrine.lair@educagri.fr
Rédacteur de la fiche : Stéphanie WEISSENBACHER, Maryse LORIMIER, Perrine LAIR, Perrine LAIR, chef de mission du projet RegGAE Stéphanie WEISSENBACHER, enseignante en agronomie, référente enseigner à produire autrement et responsable du suivi d’expérimentations sur la ferme du lycée agricole.
, stephanie.weissenbacher@educagri.fr

DESCRIPTION SYNTHETIQUE DE L’ACTION

Comment faire du lien entre les apprentissages, donner du sens, motiver les élèves de 1ère STAV ? Stéphanie et Maryse, enseignantes à Vesoul Agocampus ont utilisé les auxiliaires de culture comme fil rouge tout au long de l’année dans les cours d’écologie, biologie, agronomie, informatique, … L’exploitation du lycée était aussi impliquée dans des projets menés sur le territoire portant sur la régulation biologique en grandes culture (ResgGAE et I-site). Le DEA était aussi désireux d’expérimenter des techniques agroécologiques (agrofresterie notamment). Les élèves ont ainsi pu assurer les suivi des insectes présents sur plusieurs parcelles et proposer la mise en place d’infrastructures agroécologiques.

Au final, en tissant des liens dans les apprentissages, en étant acteurs sur l’exploitation, les élèves ont pu s’approprier la notion de service éco-systémique, comprendre la complexité de la relation agricutlure-biodiversité et les enjeux liés à la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires.

Ce schéma au format PDF

 

Origine et objectifs de l’action

A Vesoul Agrocampus, dans le cadre de la rénovation du référentiel du bac STAV, deux enseignantes, en agronomie et en biologie-écologie souhaitaient construire une progression pédagogique commune autour d’un thème central dans cette filière.

Grâce à sa participation au réseau des référents EPA, l’équipe de Vesoul Agrocampus a pris connaissance du projet RegGAE (régulation biologiques par gestion agroécologique en grandes cultures) dont l’objectif est de donner aux agriculteurs et aux apprenants les moyens de mobiliser les régulations naturelles par conservation des habitats en grandes cultures.

Une collaboration entre ce projet et Vesoul Agrocampus s’est donc mise en place à travers le suivi des auxiliaires de culture sur l’exploitation et sa mobilisation comme support d’apprentissage au lycée agricole, notamment dans la filière STAV avec une classe de 1ère.

En parallèle, le directeur d’exploitation, partenaire du projet I-Site Agroécologie en Bourgogne Franche-Comté, envisageait d’associer les apprenants à une réflexion autour de la mise en place de nouvelles infrastructures agro-écologiques au sein du parcellaire de la ferme. En effet, la réalisation d’un diagnostic IDEA4  avait mis en évidence que l’exploitation comptait une entité de plus de 12 ha dédiée aux grandes cultures sans IAE et le projet I-Site, porté par INRAE (UMR Agroécologie, AgrOnov et Dijon Céréales), a fourni des références sur les systèmes à l’échelle du paysage maximisant les régulations biologiques.

Avec la mise en place du nouveau plan EPA2, l’ambition de l’établissement est en effet de renforcer le rôle des apprenants dans les expérimentations mises en place sur l’exploitation et de les amener à prendre la parole, auprès de leurs pairs notamment. Avec le démarrage, en septembre 2020, des actions du collectif ECOPHYTO’TER dont Vesoul AgroCampus est chef de file, cette ambition s’est traduite par un élargissement de la collaboration à la filière générale autour d’un projet d’intégration de bandes fleuries dans le parcellaire de l’exploitation et d’animation d’une après-midi technique par les 2nde GT à destination d’une autre classe.

Les acteurs de l’action et les partenaires

Les porteurs de l’action :

– Stéphanie WEISSENBACHER, enseignante d’agronomie à Vesoul Agrocampus,

–  Maryse LORIMIER. Enseignante de Biologie  Ecologie à Vesoul Agrocampus

–  Perrine LAIR, animatrice du projet RegGAE, à l’EPLFGTA de Quétigny

Sont intervenus :

Grégory CHOUX, directeur de l’exploitation du lycée jusqu’en août 2020, qui a initié le projet de mise en place de bande fleurie sur une entité spatiale de plus de 12 ha sans IAE au sein du parcellaire de l’exploitation,

Doris PRECHEUR, directrice de l’exploitation du lycée à partir de septembre 2020, ainsi que les salariés de l’exploitation, pour la mise en œuvre du projet d’installation de bandes fleuries,

Anne-Marie CHALARD, formatrice et chargée de communication au sein de l’EPL de Vesoul, pour la réalisation de prises de vue au cours des TP avec les classes, en vue de réaliser une capsule pédagogique sur le projet.

Les étapes de l’action

1/ Préparation de l’action mise en œuvre à la rentrée 2021

 Février 2020 :

– Formation à la détermination des insectes auxiliaires de culture

(Perrine LAIR, Maryse LORIMIER et Stéphanie WEISSENBACHER)

 Juin 2020 :

– Signature de la convention de prêt de matériel entre les directeurs des EPL de Quetigny et Vesoul

– Mise en place des pièges à Vesoul (Perrine LAIR et Stéphanie WEISSENBACHER)

– Premier piégeage sur le terrain (Maryse LORIMIER /Stéphanie WEISSENBACHER)

 2/ Mise en œuvre de l’action avec les élèves de 1ère STAV en pluridisciplinarité

Septembre 2020 :

– Deuxième piégeage sur le terrain avec une classe

– Tri et identification des deux premiers piégeages

– Identification des histoires de vie des principaux auxiliaires et des impacts des pratiques agricoles

cadre : pluri 1ère STAV agronomie-biologie

(Maryse LORIMIER et Stéphanie WEISSENBACHER)

3/ Poursuite de l’action avec les élèves de 2nde GT en option EATDD

Décembre 2020 (8 et 15) :

– Jeu de rôle Ruralis pour aborder les IAE, la biodiversité, la transition agro-écologique, avec une extension « auxiliaires de cultures » développée par Perrine LAIR et des élèves d’Agrosup Dijon

(Maryse LORIMIER et Stéphanie WESSENBACHER)

Février – Mars 2021 (23/02-02/03):

– Quatrième piégeage sur le terrain avec les 2nde GT

– Tri et identification avec les 2nde GT

dans le cadre de l’EATDD

(Maryse LORIMIER et Stéphanie WESSENBACHER)

Mars-Avril 2021(09/03-16/03-06/04-27/04) :

– Mise en place d’une bande fleurie et installation de pièges supplémentaires

– Conception de panneaux et flyers pédagogiques sur les choix d’emplacements de composition des mélanges et les auxiliaires visés

avec les 2nde GT dans le cadre de l’EATDD (rencontre avec la directrice de l’exploitation et les salariés de la ferme, choix de l’emplacement et du mélange à semer, implantation de la bande)

(Maryse LORIMIER et Stéphanie WESSENBACHER, Doris PRECHEUR, salariés de l’exploitation)

Mai-Juin 2021(11/05-25/05-22/06) :

– Entraînement à l’animation d’ateliers par les élèves (relevé/pose de pièges, identification des auxiliaires, explications à l’aide des panneaux et flyers conçus)

– Animation de trois ateliers par les élèves de 2nde GT lors d’une après-midi à destination des 2nde Bac Pro CEC le mardi 22 juin

(Stéphanie WESSENBACHER)

 

Les enseignements du projet

Des innovations pédagogiques… à consolider et à amplifier

La réforme du référentiel du bac technologique STAV a offert un cadre privilégié pour la pluridisciplinarité, avec huit thèmes répartis sur les deux années de la formation, dont le thème axé sur la gestion des ressources naturelles auquel se raccroche l’action.

La pluridisciplinarité existait bien entendu dans l’ancien référentiel mais l’incitation à amener les enseignements théoriques à travers des cas concrets est un point marquant de cette réforme, qui a amené les professeurs de biologie-écologie et agronomie à utiliser les séances de pluridisciplinarité pour alimenter les cours.

En biologie-écologie, l’action menée sur le thème des auxiliaires de culture a permis de construire en 1ère STAV les connaissances en matière de classification du vivant, histoires de vie, réseaux trophiques, écologie des communautés, érosion de la biodiversité…

Dans la filière générale avec la classe de 2nde GT, les échanges directs entre les élèves et l’équipe de la ferme ainsi que la prise de parole devant leurs pairs ont constitué une nouveauté dans le mode de travail.

Cette première action a pas permis aux élèves d’acquérir :

– des savoirs-faire (conduire un suivi, faire des propositions techniques),

– des savoirs-être (s’exprimer à l’oral),

– des savoirs-informatifs (en biologie-écologie et en agronomie)

Cependant, deux limites sont identifiées :

– l’utilisation de la thématique des régulations naturelles comme fil rouge de l’enseignement en STAV ne pourra pas être reconduite tous les ans, car l’équipe pédagogique change d’une promotion à l’autre, et il faut diversifier les approches d’une année sur l’autre,

– cette première action n’a pas permis aux élèves d’acquérir des savoirs-outils (manipulation de concepts complexes) car les activités des élèves n’ont pas porté sur le traitement d’une situation-problème.

Les élèves n’étaient en effet pas en situation de réinvestir des savoirs pour traiter un problème complexe. Cela aurait nécessité de construire une étude de cas en amont et également d’intégrer à la démarche d’autres membres de l’équipe pédagogique (pas uniquement biologie-écologie et agronomie).

Les suites du projet

En agronomie, les enseignements de l’action seront repris avec la classe au cours de l’année de terminale (au sein du module S1) pour aborder la notion de régulation biologique, compléter l’identification des services rendus par la ressource naturelle que constitue la biodiversité, en élargissant à tous les types/échelles de biodiversité présents sur une ferme, et se projeter vers une gestion durable des agroécosystèmes.

L’action menée  en année de première permettra donc de revenir en terminal sur l’enjeu de la réduction de l’usage des produits phytosanitaires ainsi que sur le concept ESR (Efficience, Substitution, Reconception), et de bien ancrer chez les élèves une vision systémique de l’agroécosystème. La réduction de l’usage des produits phytosanitaires a ainsi été choisie comme thème du stage collectif « étude d’une activité dans un territoire » pour cette promotion en octobre 2021.

En revanche, il est prématuré d’envisager de soumettre à cette première promotion une étude de cas complexe pour réinvestir des savoirs (manque de recul, manque de temps pour construire cette situation d’ici la rentrée 2021).

L’utilisation du suivi des auxiliaires de culture comme support en option EATDD avec la classe de 2nde GT sera pérennisée, toujours avec les objectifs de travail en mode projet et de prise de parole des apprenants, mais certainement selon d’autres modalités (par exemple : organisation d’un circuit pédagogique sur la ferme autour du thème des régulations biologiques auprès d’une classe de primaire).

Le principe de l’animation d’après-midi technique auprès d’une autre classe est à pérenniser, en fonction des opportunités.

Vous pouvez également consulter les livrables du projet RegGAE, qui sont téléchargeables à partir de la dernière Newsletter du projet.

VIDEOS

 
Date :30 juin 2021
Mots-clés : Agroécologie, Conduite de projet, Exploitation agricole, halle, atelier, Partenariats, Pédagogie de projet, Pluridisciplinarité (multi), Territoire

Voie de formation : Formation initiale
Niveau de formation : IV (Bac pro, Bac général)
Initiative du dispositif : Locale
Structure d’appui : Etablissement National d’Appui

Etat de l’action : Terminée
Nature de l’action : Innovation
Etablissement National d’Appui : MontpellierSup Agro

 

COMMENTAIRES

Aucune entrée trouvée

Ajouter un commentaire