Liste des actions

Un MIL sur l’acceptabilité sociétale d’une installation avicole, au lycée du Mans, dans une perspective de transition agro-écologique

EPLEFPA La Germinière Le Mans, Pays de la Loire

La Germinière

 72700 Rouillon

Tél : 0243478200
Site web : http://eap72.fr/
Responsable : ROBILLARD Nadia, DELAUNAY Pauline ,
Rédacteur de la fiche : Christian Peltier, Enseignant Histoire Géographie – animateur réseau national EDD
, christian.peltier@educagri.fr

DESCRIPTION SYNTHETIQUE DE L’ACTION

Récemment, souvent dans l’actualité – crises aviaires H5N1/H5N8, canards du sud-ouest – l’élevage avicole constitue une question socialement vive particulièrement riche en termes d’enseignement-apprentissage.

S’appuyer sur le contexte territorial
La production de volailles est structurée en une filière très identifiante en Pays de la Loire et notamment en Sarthe. Les logiques bio, label et « standard » ont l’habitude de travailler de concert pour développer la filière, ce qui est assez rare.

L’idée du projet est de permettre à de jeunes étudiants (BTSA ACSE 1) de se confronter à une question qui fait problème localement, de rencontrer les différentes parties prenantes (et pas que les agriculteurs et industriels) et de faire retour de leur travail à ces mêmes parties prenantes.

S’appuyer sur l’expérience des jeunes
Dans une région et un département avicole, nombreux sont les étudiants issus d’un milieu agricole dont la famille élève des volailles, généralement selon le mode « standard »  ou « label ». Ces jeunes ont donc souvent des idées un peu « arrêtées » sur la meilleure façon de faire de l’élevage avicole en Sarthe.

Des situations à potentiel problématique
Chaque année, un sujet différent est choisi en concertation avec les partenaires professionnels et est traité sur le temps d’un MIL (module d’initiative locale). La commande sur laquelle les étudiants travaillent est passée par les professionnels. Ces dernières années, ont ainsi été étudié : des cas d’échec et de réussite d’une installation territorialement conflictuelle d’un bâtiment d’élevage (2013-15), l’intégration de la perspective agro-écologique (2015-16), le bien-être animal et de l’éleveur (2016-17).

Un binôme enseignant proche des questions territoriales
Le MIL est piloté par une enseignante en agronomie & zootechnie qui a été conseillère avicole en chambre d’agriculture, et un enseignant en histoire-géographie impliqué dans le développement territorial durable et les logiques de filières agricoles (Conseil de développement). Bénéficiant de réseaux territoriaux, ils sont facilement en contact avec les acteurs économiques et sociaux locaux.

Une démarche de problématisation : le temps clé de l’outillage conceptuel
Ce qui nous paraît essentiel ici, à partir de situations territoriales prégnantes, est de placer les jeunes face à une commande issue de ce même territoire. Pour pouvoir y répondre, nous leur proposons d’abord un recueil de leurs propres représentations. L’échange entre eux sur celles-ci et la confrontation aux connaissances scientifiques sur le sujet cherche à ouvrir le champ des possibles… des hypothèses de réponses peut-être envisageables. Le premier but de cette ouverture scientifique – et technique – est  celui d’un outillage conceptuel pour mieux appréhender les visites et interventions. Par exemples, mobiliser différentes conceptions de la durabilité, de l’agro-écologie … appliquée à l’élevage, etc. donne des points de repère, des balises, voire une boussole pour mieux questionner les personnes rencontrées. La demande d’envisager non une réponse, mais des réponses possibles à la question incite également à mieux problématiser la question à laquelle les jeunes sont confrontés.

Les jeunes en enquête … en vue d’une production finalisée
Le temps de construction des outils est toujours délicat. D’abord ce n’est pas une pratique auxquels les étudiants sont habitués. Pour eux, « rédiger un questionnaire, c’est quand même plus simple ».

C’est bien souvent un obstacle difficile à franchir pour de jeunes BTSA ACSE (début de première année). D’autres façons de faire – plus scolaires – sont souvent bien ancrées. Parfois, il faut attendre la fin du MIL pour que le pas soit franchi… en passant parfois par des situations de crise, de rejet du travail qu’il y à faire. La restitution aux parties prenantes – et les enjeux professionnels sous-jacents – sont alors d’un précieux recours pour les enseignants, pour remobiliser les troupes !

L’avantage des grilles de questionnement et autres outils conceptuels, est l’ouverture qu’ils permettent dans l’échange et qu’ils permettent d’aller chercher les raisons qui guident l’action des praticiens.

Pour les étudiants, le « stress » et la récompense de l’échange final avec les parties prenantes
Si le CCF (dossier de groupe pour répondre à la commande + oral individuel) constitue un premier enjeu pour les étudiants, la prestation devant les parties prenantes – et surtout les professionnels – génère du stress. D’abord il faut reprendre les différentes productions des groupes pour construire un diaporama unique, et là il y a de la négociation pour savoir ce que l’on garde ou pas, construire le fil conducteur, harmoniser le tout, prévoir la répartition et les temps de parole… mais il y a surtout le regard des professionnels sur le travail fourni et les hypothèses de solutions qu’il va falloir défendre.

Les expériences menées sur les 3-4 années passées montrent un riche échange entre jeunes et parties prenantes (dont les jeunes sont parfois même surpris)… surtout si les jeunes se sont réappropriés les outils de raisonnement que les enseignants leur ont proposés.

Des voies d’amélioration
Une meilleure maîtrise de ces outils de raisonnement, de ces outils conceptuels, constitue une première voie d’amélioration. Avec certains groupes classe ça se passe mieux qu’avec d’autres. Selon les questions abordées et le travail en amont des enseignants (recherche bibliographique, savoirs scientifiques) notamment en termes de didactisation des savoirs scientifiques et des praticiens, ces outils sont plus ou moins appropriés.

Le temps du MIL est souvent bien court pour la maîtrise de connaissances, d’outils de raisonnement. C‘est parce qu’une autre situation d’enseignement-apprentissage remobilisera tout ou partie que le résultat sera meilleur. La liaison avec les SPS/SPV est une piste.

 

FICHIERS A TELECHARGER

Descriptif : Le dossier de présentation réalisé par les étudiants
BTSA_ACSE1_MIL_aviculture_Presentation_Partenaires.pdf

Descriptif : L’exercice de problématisation par les enseignants
Peltier_Robillard_MIL_aviculture_Organisation.pdf

VIDEOS

 

Mots-clés : Agroécologie, Analyse de pratiques pédagogiques, Conduite de projet, Exploitation agricole, halle, atelier., Partenariats, Pédagogie de groupe, de pairs, Pédagogie de projet, Pluridisciplinarité (multi)

Voie de formation : Formation initiale
Niveau de formation : III (BTS)
Initiative du dispositif : Locale

Etat de l’action : Terminée
Nature de l’action : Innovation

 

COMMENTAIRES

Aucune entrée trouvée

Ajouter un commentaire