Liste des actions

Mieux connaître pour mieux accompagner : la semaine de rentrée banalisée de Montmorillon

Lycée professionnel agricole Jean-Marie Bouloux, Nouvelle-Aquitaine

Château- Ringuet – CS 40047

 86500 Montmorillon

Tél : 0549910397
Site web : https://www.formations-agrinature.com/
Responsable : Jacques FERRAND , jacques.ferrand@educagri.fr
Rédacteur de la fiche : Graziella NOUET, Responsable Centre de Ressources
, graziella.nouet@educagri.fr

DESCRIPTION SYNTHETIQUE DE L’ACTION

Un constat déclencheur
Il y a 12 ans, l’équipe pédagogique du lycée agricole de J.M. Bouloux à Montmorillon a fait le constat que les élèves entraient avec un niveau de plus en plus faible. Nous nous sommes alors demandés comment optimiser et valoriser leur réussite ? Pour y arriver, nous nous sommes appuyés sur le fait qu’ils étaient adeptes de nouvelles technologies, mais aussi sur la présence d’une équipe enseignante dynamique et volontaire, d’une souplesse dans les emplois du temps et d’une dotation en équipement informatique non négligeable.

Un axe de travail inscrit au projet d’établissement
Les interventions d’AgroSup Dijon – Eduter ont mis en évidence la nécessité d’individualiser les parcours pour répondre à notre problématique. L’idée de banaliser la première semaine de rentrée nous est apparue comme nécessaire pour pouvoir mettre en place des activités nous permettant de connaître nos élèves dans leur globalité dès le démarrage de l’année scolaire.

C’est alors avec le soutien de l’équipe de direction et en nous appuyant sur l’expérience de l’animatrice du CdR, que nous nous sommes lancés !

Chronologie de la mise en œuvre
En février, lors d’une demi-journée de travail banalisée, nous avons décidé collectivement des activités à mettre en place.

En mars, l’animatrice CdR a créé des outils et a proposé des aménagements dans les emplois du temps pour la réalisation de ces activités.

En mai, l’équipe éducative a tout validé.

Lors des journées de pré-rentrée, l’animatrice CdR a fait un point sur l’organisation de la semaine et distribué les outils nécessaires à la mise en route des activités avec les élèves.

A la fin de la semaine nous réalisions un bilan à chaud, en réunion plénière, puis un autre à froid, via un dépouillement de bilans de satisfaction sur papier, créé par l’animatrice CdR à destination de l’équipe pédagogique et des apprenants. Ces deux bilans nous ont permis d’évaluer les différentes activités et d’anticiper les changements éventuels pour l’année suivante.

Une action qui évolue
En fonction des bilans, nous « revisitons » chaque année la semaine banalisée et les aménagements sont apportés selon les souhaits du collectif. Ce qui suit est donc un déroulement « type » :

Les nouveaux élèves :

  • visitent les locaux pour se familiariser avec les différents espaces et rencontrer les personnes responsables de services, dits de proximité ;
  • font un test « personnalité », un test « connaissance de soi » et un test « styles d’apprentissage » ;
  • remplissent les fiches « informations » et « motivation ».

Tous les élèves (nouveaux ou pas) :

  • sont accueillis par leur professeur principal et l’équipe qui leur expliquent la formation ainsi que son déroulement et les objectifs de la semaine banalisée ;
  • ont une présentation du CdR comme outil d’individualisation par l’animatrice ;
  • remplissent une fiche « projet » ;
  • participent à un entretien individuel avec leur professeur principal qui donne les résultats des positionnements et complète sa connaissance de chaque élève grâce aux fiches et aux tests.

Certaines classes, selon le souhait des enseignants :

  • réalisent des positionnements dans les matières générales et professionnelles et des séances de méthodologie de travail créées et animées par des enseignants (en lien avec le test sur les styles d’apprentissage).

L’innovation entraîne de nouvelles pratiques pour tout le monde !

Au niveau de la direction, il a été nécessaire :

  • d’accepter l’organisation d’une première semaine de rentrée, sans cours ;
  • de communiquer sur cet emploi du temps particulier auprès des parents.

Au niveau des services dits de proximité (cantine, ménage, maintenance, informatique…), il a fallu :

  • être présentés, se présenter et présenter ses activités aux élèves.

Au niveau des enseignants, il a fallu :

  • accepter de « retarder » la mise en route de leur programme ;
  • faire des activités qu’ils ne faisaient pas habituellement, comme des accueils, des visites, des présentations d’autres services, des entretiens individuels ;
  • accepter de changer de posture pour être à l’écoute d’individus et non pas d’une classe d’élèves, notamment lors des entretiens individuels ;
  • accepter de créer/construire des positionnements et de les mettre à jour régulièrement ;
  • « s’adapter » à leurs élèves et non pas attendre que les élèves s’adaptent à leur enseignement ;

Au niveau des apprenants, ils ont dû accepter de:

– se positionner sur « différentes entrées » (français, mathématiques, techniques et pratiques) ;

– s’interroger sur leur vision du « métier d’élève », mais aussi sur leur motivation et leur projet ;

– s’entretenir individuellement avec leur professeur principal et parler d’eux avant de démarrer les cours ;

– signer un contrat d’engagement pour une future utilisation du lieu CdR.

 

Mieux connaître pour mieux accompagner !
Grâce à ces activités et à une meilleure connaissance de nos élèves, nous sommes en mesure d’individualiser les parcours sans attendre le bilan du premier conseil de classe.

Cette individualisation replace l’élève au cœur de son parcours : il a le sentiment qu’on s’occupe de lui et d’être capable de faire des choses. Les parents sont également rassurés et les enseignants peuvent exercer leur métier différemment dans ces initiatives.

L’objectif qui réunit toute l’équipe est la réussite des élèves, qu’elle soit scolaire, sociale ou professionnelle. C’est la préoccupation de cette réussite qui nous a amenés à innover.

Cet objectif n’a pas changé depuis 2005. Toutefois, nous l’avons petit à petit associé à une autre question qui nous occupe : « comment rendre les élèves autonomes ? ». Cela nous semble être la suite logique : « Je te connais mieux, je sais de quoi tu as besoin, donc je te donne les outils adaptés à ta demande pour que tu puisses devenir autonome ».

 

Les conditions de la réussite

  • Il faut travailler collectivement sur les valeurs et les objectifs pour s’assurer que la majorité de l’équipe les partage.
  • Il faut une direction qui fasse confiance à son équipe et qui autorise l’expérimentation.
  • Il faut anticiper assez tôt dans l’année pour solliciter les équipes avant la période d’examens, notamment pour la liste d’activités à mettre en place ou les documents à retravailler.
  • Il faut un pilote dans l’avion !

 

Voir ci dessous la vidéo des élèves et de l’équipe du LPA de Montmorillon.

 

VIDEOS

 

Mots-clés : Analyse de pratiques pédagogiques, Décrochage Ancrochage

Voie de formation : Formation initiale
Niveau de formation : IV (Bac pro, Bac général)
Initiative du dispositif : Locale
Structure d’appui : Etablissement National d’Appui
Référent : Laurent Villain

Etat de l’action : Terminée
Nature de l’action : Innovation
Etablissement National d’Appui : AgroSup Dijon
Action du Dispositif National d’Appui : CdR Individualisation

 

COMMENTAIRES

Aucune entrée trouvée

Ajouter un commentaire