Liste des actions

Conception collective d’un environnement virtuel éducatif pour l’apprentissage de la forêt dans une perspective de développement durable

Lycée et CFPPA de la nature et de la forêt, Bourgogne-Franche-Comté

Velet – Route de St Didier

 71190 Étang-sur-Arroux

Tél : 0385865950
Site web : http://www.epldevelet.fr/index.html
Responsable : Daniel Kielbasa , daniel.kielbasa@educagri.fr
Rédacteur de la fiche : Jean-François Métral, Chargé de recherche et de formation – Agrosup Dijon
, jf.metral@agrosupdijon.fr
Chef de projet : Michel Guyot , michel.guyot@educagri.fr

DESCRIPTION SYNTHETIQUE DE L’ACTION

Ce projet multi partenarial, en cours de réalisation, vise à examiner la plus-value d’un environnement virtuel éducatif pour des élèves du collège au BTS, afin d’enseigner-apprendre à raisonner la forêt dans une perspective de développement durable. Il s’agit aussi d’étudier sa conception collaborative et itérative. Il est lauréat de l’appel à projet PIA2– e-Fran (innovation numérique pour l’excellence éducative). L’innovation réside dans la démarche d’élaboration collective d’un outil numérique éducatif et dans son objectif de conception d’une ressource pour des apprentissages complexes, adaptable en fonction des niveaux, programmes et évolutions des métiers de la forêt. Un intérêt, mais aussi une source de difficultés, est la participation d’acteurs aux compétences multiples et aux cultures diverses.

Origine du projet

  • Initialement l’établissement de Velet (lycée et CFPPA de la Nature et de la forêt) était en réflexion concernant la rénovation de simulateurs d’abattage devenus obsolètes dans l’établissement et pour lesquels le responsable du CFPPA avait montré qu’il permettait un gain de temps dans les apprentissages (mémoire d’étude) ;
  • Pour atteindre cet objectif, le chef du SRFD propose alors au Lycée du Velet de s’associer avec d’autres partenaires pour répondre à l’appel à projet e-FRAN sur le numérique éducatif.
  • Au départ, un formateur et la technicienne chargé de l’informatique dans l’établissement de Velet se sont engagés dans le projet, rejoints ensuite par le nouveau proviseur.
  • Durant l’année d’élaboration du projet, celui-ci a beaucoup évolué vers un environnement virtuel pouvant prendre en charge des scénarios pédagogiques divers.

Objectifs du projet : construire une ressource pour former de manière « plus efficace »

  • Une évolution de l’objet et de l’objectif lors de la construction de la réponse à appel à projet e-FRAN :
  • d’un simulateur d’abatteuse vers un environnement virtuel éducatif pour apprendre la forêt dans une perspective de développement durable ;
  • d’un projet de conception de ressource à un projet de recherche-intervention sur la conception d’une ressource.
  • Il s’agit donc désormais de construire et expérimenter une ressource numérique pour des apprenants du CAP au BTS, en formation initiale ou continue, et pour les nouveaux enseignants en vue de :
    • former de manière plus efficace (gain de temps ; dépasser les nœuds d’apprentissage ; aider à faire appréhender l’activité de « l’expert » forestier) ;
    •  « former autrement », pour  « donner envie » aux apprenants d’apprendre et rendre l’établissement plus attractif  et ainsi répondre aux injonctions à l’’innovation pédagogique ;
    • mieux préparer les apprenants avant les sorties sur le terrain, pour limiter les risques liés aux chantiers en forêt ;
    • gagner du temps pour les formations d’adultes et ainsi diminuer leur coût pour les financeurs.

Des partenaires multiples et motivés…

Une multiplicité de partenaires :

  • Des chercheurs de l’Université de Bourgogne Franche Comté (Psychologie cognitive) et d’Agrosup Dijon (Sciences de l’éducation) ;
  • Des acteurs de l’enseignement agricole technique : lycées, CFA, CFPPA (Proviseurs, enseignants, formateurs) ; du service régional de formation et développement (chargés de mission) ;
  • Des acteurs de l’éducation nationale : enseignants de collège ; acteurs du rectorat ;
  • Des développeurs informatiques

Tous motivés et convaincus de l’intérêt du projet et qui s’investissent, y compris, parfois, lorsque qu’ils ne bénéficient pas officiellement de temps dégagé spécifiquement par leur institution pour ce projet.

… qui devraient permettre la réussite du projet grâce à leurs compétences et approches complémentaires…

  • Les chercheurs et les doctorants du projet :
  • s’appuient sur des éléments recueillis  auprès des professionnels de la forêt, des scientifiques spécialistes du domaine, des enseignants et formateurs, et des apprenants afin d’élaborer des premières spécifications intéressantes/pertinentes pour la conception d’une première version de la ressource numérique,
  • qu’ils expérimenteront auprès des enseignants et apprenants, afin de proposer des améliorations.
  • Les compétences et cultures diverses créent une richesse dans les échanges lors des réunions visant à discuter et valider les choix pour la conception de la ressource.

… et à un effet d’entraînement du projet pour les acteurs des lycées et de la filière professionnelle

  • Des équipes qui commencent à adhérer, ce qui se manifeste dans la forte participation aux réunions de travail et aux échanges et par le fait que certains enseignants produisent des éléments pour alimenter le projet en dehors des réunions ;
  • Un proviseur qui se fait l’ambassadeur du projet auprès des acteurs régionaux qu’il rencontre, ce qui permet d’attirer l’attention et de fédérer des énergies sur le secteur professionnel de la forêt, ses évolutions, ses besoins en formation et perspectives d’emplois ;
  • Une restitution aux instances de l’établissement (Conseil d’administration de l’école ; Conseil de centre pour le CFPPA) dans laquelle les professionnels et autres administrateurs montrent leur intérêt pour ce projet ;
  • Dans un établissement au moins, une synergie avec le travail simultané sur le projet d’établissement et son volet « innovation pédagogique », ce qui permet de partager les enjeux du projet avec tous les acteurs de l’établissement.

… Malgré certaines difficultés dans la réalisation du projet

  • La multiplicité des partenaires aux cultures diverses et un projet qui vise un public large rendent la prise de décision moins aisées pour le chef de projet et ralentissent l’avancée du projet, en lien avec des difficultés :
  • à déterminer et formaliser le rôle de chacun des nombreux acteurs et à ce que chacun se l’approprie ;
  • de communications entre des acteurs qui parlent des langages différents (développeurs, chercheurs, enseignants, formateurs…)
  • pour prendre en compte la multiplicité des objectifs et points de vue sur l’objet d’apprentissage et les ressources à élaborer ;
  • pour les développeurs, à s’approprier les objets d’apprentissage visés par la ressource, par exemple en allant rencontrer les enseignants, formateurs, professionnels du secteur.
  • Une phase de construction des spécifications par les chercheurs avant le démarrage de la conception de l’outil jugée (trop ?) longue;
  • Au départ, une crainte de certains formateurs que la ressource numérique viennent « diminuer leur temps de travail », ce qui freine leur engagement dans le projet.

 Les intérêts de la participation à un projet innovant de conception collective

  • La fierté de participer au seul projet e-FRAN proposé par un établissement de l’enseignement agricole retenu par le jury et la possibilité de communiquer sur cela ;
  • L’intérêt d’un projet innovant car :
    • il permettra de créer une ressource numérique pour l’enseignement de la forêt, évolutive et adaptable en fonction des évolutions (rapides) des métiers, ce qui n’existe pas actuellement ;
    • il rassemble des partenaires aux compétences multiples : chercheurs, enseignants et formateurs de différents niveaux, acteurs de l’enseignement agricole et de l’éducation nationale ;
    • il créé du lien entre les acteurs (permet de « se connaître ») ; entre les différentes structures auxquelles appartiennent ces acteurs, ce qui a par exemple conduit à un partenariat entre deux établissements pour permettre à des élèves de passer d’une formation par la voie scolaire et à la même formation par apprentissage.

Même si, à ce stade, la participation au projet n’a pas encore amené les formateurs à changer leurs pratiques, elle permet :

  • de favoriser les échanges en interne, entre les formateurs de l’établissement, et en externe, avec ceux des autres établissements, concernant leur manière de former, notamment sur les aspects sécuritaires de la formation sur le terrain ;
  • de réaliser qu’il y a des « nœuds » dans l’apprentissage de la forêt et de sa gestion (exemple de nœud : la nécessité de bien observer avant d’interpréter et d’agir lorsque l’on rentre en forêt) ;
  • un enrichissement et un développement personnel de chaque acteur du fait du travail avec des partenaires aux compétences et cultures différentes.

 

Cette action est présentée lors des deuxièmes rencontres nationales de l’innovation pédagogique de l’enseignement agricole.

 

 

 

FICHIERS A TELECHARGER

Descriptif : Présentation des deux témoignages de l’atelier lors des rencontres de l’innovation pédagogique
Diaporama-atelier-11-1.pdf

Descriptif : Les photos de l’atelier
Photos_Atelier_11-1.pdf

VIDEOS

 

Mots-clés : Motivation, engagement, Numérique éducatif, Partenariats, Pluridisciplinarité (multi), Professionnalisation, dynamique d’équipe

Voie de formation : Voies mixtes
Niveau de formation : VI (4e et 3e), IV (Bac pro, Bac général), III (BTS)
Initiative du dispositif : Régionale
Structure d’appui : Etablissement National d’Appui
Référent : Sébastien Fromholtz

Etat de l’action : En cours
Nature de l’action : Innovation
Etablissement National d’Appui : Agrocampus Ouest

 

COMMENTAIRES

Aucune entrée trouvée

Ajouter un commentaire