Liste des actions

Regards d’étudiants sur l’apprentissage de l’agro-écologie

EPL du Valentin, Auvergne-Rhône-Alpes

EPL du Valentin

 26500 Bourg les Valence

Tél : 0475833355
Site web : http://www.epl.valentin.educagri.fr
Responsable : Fabienne Mollaret , fabienne.mollaret@educagri.fr
Rédacteur de la fiche : Roger Brouet et Elise Coquillart, Formateur/formatrice du Dispositif national d’appui – Montpellier SupAgro sur le site de Florac
, roger.brouet@educagri.fr
Chef de projet : Fabienne Mollaret , fabienne.mollaret@educagri.fr

DESCRIPTION SYNTHETIQUE DE L’ACTION

Cette action concerne les BTSA Agronomie Productions Végétales du lycée agricole de Valentin à Bourg les Valence.

Les situations pédagogiques proposées aux étudiants de BTSA APV

Dès le début de leur première année, les étudiants visitent des systèmes de production variés et font un stage sur la ferme de l’EPL. Cela les amène à appréhender une multitude de points de vue, ainsi que diverses réalités de terrain.
Ensuite, ils sont investis dans la réalisation d’expérimentations proposées par l’équipe pédagogique, pour répondre à des questionnements de la ferme, à la recherche de références situées pour faire évoluer l’ensemble de son système de production vers l’agro-écologie. Ils proposent des protocoles, les réalisent, analysent les résultats et les présentent lors d’un comité de pilotage mis en place dans le cadre du plan Ecophyto dans lequel l’établissement est engagé. Ils sont à chaque étape accompagnés par l’équipe pédagogique, le DEA, les salariés de l’exploitation. Ces expérimentations sont l’occasion pour eux de se confronter à un problème concret, de tester des propositions et de les ajuster aux vues des résultats. Valentin_Sphere
Pour améliorer la continuité et le suivi des expérimentations dans le temps, les étudiants de deuxième année accompagnent les groupes de première année dans la construction de nouveaux protocoles, une forme de passage de relais.
En deuxième année, la tenue du comité de pilotage offre l’occasion aux étudiants de présenter les résultats de leurs expérimentations devant un public extérieur de professionnels de l’agriculture. Ce comité est l’occasion de montrer ce qui a été fait et de s’ouvrir à la critique, tant pour l’équipe pédagogique que pour les étudiants.
Enfin, en dehors des cours, des TP, des visites, les étudiants peuvent s’investir dans les groupes de réflexion en lien avec les demandes de la ferme. Par exemple en 2015, 2 km de haies ont été implantées et un groupe de réflexion comprenant des enseignants, du personnel de la ferme, des étudiants et des partenaires s’est formé pour réfléchir à la mise en œuvre du projet et à la gestion de ces haies.

Méthode et objectifs de l’étude
Des témoignages d’étudiants de BTSA APV, en apprentissage et en formation initiale, ont été recueillis pour analyser leurs points de vue sur leurs visions de l’agriculture, leur affinité avec le concept d’agro-écologie, ce qu’ils pensent de leurs propres apprentissages et les relations qu’ils entretiennent avec les personnels de l’équipe pédagogique (enseignants, DEA, salariés de la ferme) et les partenaires agricoles de l’établissement (agriculteurs et partenaires R&D).

Des étudiants acteurs de leur formation
Les étudiants se décrivent comme acteurs de leur formation, forces de proposition, parties prenantes d’un groupe d’intelligence collective qui expérimente, recherche et partage ses résultats. A travers les expérimentations, ils se sentent aussi valorisés car ils se voient confier des projets concrets et utiles à l’exploitation. (Pour aller plus loin, consulter le document « Regards d’étudiants sur l’agroécologie »)

Des changements de posture
De plus, le comité de pilotage invite les étudiants à être acteur au même titre que les membres de ce comité, c’est-à-dire que les barrières cognitives ou « statutaires » sont diminuées. Les étudiants sont considérés comme des étudiants, mais aussi comme des pairs, des adultes responsables et compétents. Ces changements sont décrits par les étudiants et ont pu être perçus par la facilité avec laquelle les élèves vont questionner les membres de l’équipe pédagogique et les partenaires et proposer des alternatives. Les étudiants étant responsables d’expérimentation, l’équipe pédagogique se retrouve dans un rôle d’accompagnement qui requestionne les postures d’enseignant et d’élève. Ainsi, un étudiant conclut : « aujourd’hui, tout le monde a à apprendre de tout le monde »

Des évolutions de points de vue sur l’agriculture
On observe chez les étudiants une initiation à la gestion du doute, à la remise en question. Ils décrivent que la formation a ébranlé leurs croyances, leurs « mentalités ». Ils en parlent en ces termes : « une prise de conscience », « ça change complètement la vision des choses », « on nous a appris à aller chercher ailleurs ». A partir de ces doutes, et à l’aide des espaces de discussions entre tous les acteurs de cette structure d’apprentissage (équipe pédagogique, partenaires, autres étudiants, …), ils (re)construisent leurs propres croyances ou représentations de l’agriculture, de l’agro-écologie, des métiers d’agriculteurs et de conseiller.
Autre point nouveau : chaque étudiant apprend de manière singulière, personnelle. Ils reçoivent un contenu commun, mais selon leurs acquis et leurs expériences, leurs valeurs et leurs évolutions, ils les valorisent de manières différentes. Toutefois, un courant global se dégage : tous les étudiants interrogés ont montré de l’intérêt pour des systèmes agricoles alternatifs au système industriel dominant.

Des situations pédagogiques qui facilitent / favorisent la professionnalisation des étudiants
Tout se passe comme si les situations particulières décrites permettaient aux étudiants d’exprimer des aptitudes personnelles qu’ils auraient peu l’occasion de faire valoir dans les circonstances plus habituelles de formation. En particulier, elles s’autorisent l’initiative chez les étudiants et ouvrent à des relations plus informelles avec leurs enseignants au cours desquelles ils expriment et donnent accès plus facilement à leurs points de vue. La formation participe ainsi efficacement à la construction de leur confiance en eux et à la préparation de leur intégration dans le milieu professionnel.

Les leviers d’action mobilisés par l’équipe pédagogique
Nous avons dégagé quelques éléments importants accompagnant la réalisation des apprentissages :

  • les étudiants sont mis face à des problèmes concrets, c’est-à-dire des situations réelles et complexes dans lesquelles ils s’entraînent à faire des choix (projets de la ferme, expérimentations). Cela les amène à réfléchir au cas par cas et à être imaginatifs. Les étudiants traduisent cela par « pas de recette », « pas de solution toute faite », « faut vraiment raisonner », « pas de modèle qui soit vraiment…juste »
  • l’équipe pédagogique a su s’organiser (coordinatrice), se mettre d’accord sur les approches à mettre en place auprès des étudiants, et proposer des pistes qui sont devenues des changements repérés comme des innovations. Elle a aussi su autoriser les changements de posture des étudiants et ajuster la sienne en développant la dimension d’accompagnant dans leurs activités d’enseignant .
  • des espaces d’apprentissage hybrides, mêlant les étudiants et le personnel de l’EPL à des acteurs professionnels sont construits, facilitant les échanges et permettant aux étudiants d’être considérés et valorisés auprès des professionnels.
  • une mise en débat des systèmes de production possibles. Les étudiants sont confrontés à des connaissances et des points de vue de différentes sources, qui ne sont pas nécessairement en accord, voire même contradictoires. Ces connaissances sont mises en débat et discutées au sein de la classe ainsi qu’entre les étudiants, leur permettant de construire leur propre raisonnement.
  • un lien entre les promotions, notamment par la transmission des expérimentations d’une année à l’autre.

En conclusion,
Les témoignages nous montrent que l’apprentissage permettant de développer des compétences agro-écologiques ne consiste pas en une simple adaptation à de nouvelles orientations en mobilisant divers savoirs idoines.

Ces compétences s’élaborent en cours d’actions, au travers d’expériences de confrontation et d’hybridation entre savoirs, ressources, personnes, espaces à partir desquelles se dessinent peu à peu de nouveaux principes et de nouvelles formes de croyances et de visions du monde.

 

A voir : Intervention d’Elise Coquillard, de MontpellierSup Agro, qui présente et analyse cette action de l’EPL du Valentin

Aller sur canal.eduter.fr en bas de page pour sélectionner la séquence « Exemple d’un établissement : l’EPL du Valentin ». Lire à partir de la minute 12.

Valentin_Video

 

Et la conclusion par Patrick Mayen du séminaire « S’emparer du « Enseigner à produire autrement » qui s’est déroulé à AgroSup Dijon le 18 mai 2016 .

Aller sur canal.eduter.fr en bas de page pour sélectionner la séquence « Synthèse ». 

Valentin_Video_Mayen

 

 

 

 

 

 

FICHIERS A TELECHARGER

Descriptif : Regards d’étudiants sur l’apprentissage de l’agro-écologie
Regards_eleves_agroecologie.pdf

VIDEOS

http://www.canal-eduter.fr/videos/detail-video/video/semparer-du-enseigner-a-produire-autrement.html

 

Mots-clés : Agroécologie, Pédagogie de projet, Reconnaissance de compétences, Exploitation agricole, halle, atelier.

Voie de formation : Formation initiale
Niveau de formation : III (BTS)
Initiative du dispositif : Locale
Structure d’appui : Etablissement National d’Appui

Etat de l’action : Terminée
Nature de l’action : Innovation
Etablissement National d’Appui : MontpellierSup Agro

 

COMMENTAIRES

Aucune entrée trouvée

Ajouter un commentaire