Liste des actions

Détecter et maitriser les boiteries dans son cheptel, à l’EPLEFPA de Rennes Le Rheu

EPLEFPA de Rennes Le Rheu, Bretagne

Rue des Chardonnerets, BP55124,

 35650 Le Rheu

Tél : 0299608777
Site web : https://www.campus-monod.fr/
Responsable : Delaunay Isabelle , isabelle.delaunay02@educagri.fr
Rédacteur de la fiche : Delaunay Isabelle

DESCRIPTION SYNTHETIQUE DE L’ACTION

Cette action fait partie d’une série de 10 témoignages sur l’élevage de précision. En bas de page vous trouverez la liste complète.

Intentions pédagogiques concernant l’activité
Maitriser les boiteries en élevage laitier

2.      Enseignant/formateur référent / discipline(s) enseignée(s)/ adresse mail:
Delaunay Isabelle / Parage des bovins / isabelle.delaunay02@educagri.fr

CFPPA de Rennes Le Rheu

3.      Classe(s) / effectif(s)
Spécialisation d’initiative locale pédicure pour bovins /16-28 apprenants.

Brevet professionnel responsable d’une entreprise agricole (BPREA élevage) / 6-10 apprenants.

Certificat de spécialisation (CS) conduite de production agricole/ élevage laitier/ 6-10 apprenants.

Brevet de technicien supérieur agricole option productions animales (BTSA PA)/ 12 apprenants.

Formation continue, VIVEA pour des éleveurs, FAFSEA pour les salariés en élevage / 8 apprenants.

(VIVEA fonds pour la formation des entrepreneurs du vivant)

(FAFSEA Fonds aide à la formation des salariés des entreprises agricoles)

4.      Formateurs/enseignants et autres personnels de l’établissement impliqués/ disciplines :
Delaunay Isabelle
5.      Objectifs de l’activité pédagogique :
·         Détecter les animaux boiteux,

·         Soigner les onglons,

·         Relever les lésions observées (sur papier ou sur tablette),

·         Estimer l’impact économique des boiteries.

6.      Contexte de l’activité menée (cadre professionnel, place dans  le projet d’établissement, réponse appel à projet, …) :
Chaque formation se déroule dans des élevages différents. Les animaux observés sont ceux d’un des apprenants ou d’un élevage acceptant la présence de la formation et présentant un problème de boiterie.

L’activité se place dans l’objectif d’une agriculture durable et pour répondre à la demande sociétale des consommateurs. C’est un apprentissage pour les éleveurs d’intervenir rapidement et à bon escient sur les problèmes de boiteries de leur cheptel dans le double objectif de ne pas réformer leurs vaches pour boiteries et de respecter le bien-être des animaux d’élevage en limitant leur souffrance.

Les pédicures pour bovins voient leur travail évoluer avec l’utilisation des outils informatiques pour apporter du conseil aux éleveurs.

L’enregistrement sur tablette numérique des données de parage par les pareurs a pour objectif de définir un cadre harmonisé pour la collecte et l’enregistrement des données. Cette démarche d’enregistrement harmonisé doit favoriser le développement du conseil sur la prévention des boiteries et contribuer au développement d’évaluations génétiques sur la résistance aux boiteries (programme PARABOV de l’Institut de l’Elevage, ayant pour objectif de définir un cadre pour la collecte de données sur les lésions des pieds enregistrées lors du parage des bovins). A ce jour, 50% des pédicures sont équipés d’une tablette et enregistrent en routine les lésions observées sous les pieds des vaches.

Ces logiciels en plus de leurs objectifs à but de sélection génétique permettent de faire un suivi des boiteries sur un élevage et de conserver l’historique de chaque vache parée.

7.      Modalités d’intégration dans la formation (place dans le ruban pédagogique, référence aux capacités préparées)
Il est important que les apprenants connaissent au préalable les lésions podales des bovins ainsi que les maladies podales.

L’anatomie et la biomécanique des bovins sont présentées.

Les lésions infectieuses, métaboliques, mécaniques ou d’origines génétiques des pieds sont étudiées avec les différentes maladies et/ou facteurs de risques qui les entraînent.

8.      Modules concernés
Spécialisation d’initiative locale pédicure pour bovins : UC2 techniques du métier et UC3 approche globale d’un problème de boiterie (UC = Unité Capitalisable).

BPREA élevage (UCARE santé- UCT1 conduire un atelier animal) (UCARE = unité capitalisable d’adaptation régionale et à l’emploi ; UCT = unité capitalisable technique).

Certificat de spécialisation (CS) conduite de production agricole/ élevage laitier (UCP2 : Mettre en oeuvre les différentes techniques d’élevage dans le respect des normes de sécurité, d’environnement et de bien-être animal (UCP = Unité capitalisable professionnelle).

BTSA PA (Appui – conseil en conduite d’élevage ou d’ateliers de production – Assure le suivi sanitaire, de l’hygiène et gère les risques en élevage).

Formation continue, VIVEA pour des éleveurs, FAFSEA pour les salariés en élevage (formation continue, gérer les boiteries de ses vaches).

9.      Modalités d’évaluation de l’activité pédagogique (évaluation formative et certificative, référence aux capacités préparées)
Pour les pédicures bovins, les évaluations certificatives des techniques du métier et de l’approche globale d’un problème de boiterie sont basées sur la capacité à choisir les animaux boiteux, l’enregistrement et l’analyse des lésions des bovins ainsi que la capacité du pédicure à répondre aux questions et besoins des éleveurs en termes de maîtrise des boiteries.

Lors des formations, BPREA, BTSA PA et CS, l’activité pédagogique n’est pas évaluée en tant que telle mais est un apprentissage technique très demandé par les stagiaires et permet une meilleure conduite et analyse de son atelier.

Lors des formations continues, une évaluation formative est réalisée sur la capacité des éleveurs à choisir les animaux à parer et à adapter les soins (à réaliser seul ou appeler un professionnel).

10.  Modalités de mise en œuvre (durée, période réalisation, description de chacune des étapes, activités menées, moyens matériels et humains mobilisés, …) :
Pour les éleveurs et futurs éleveurs : 1 à 3 jours en ferme (demande tout au long de l’année, 2h de théorie sur photo, puis mise en pratique en ferme, avec 2 cages de contention, du matériel de parage et de sécurité, 10-12 vaches boiteuses parées / jour).

1 formateur pour 2 cages et 6 à 12 stagiaires qui pratiquent.

Observation et détection des vaches boiteuses et sub-boiteuses, contention des animaux et levage des pieds, parage et soins des onglons, enregistrement des lésions. Réalisation d’un diagnostic cheptel en fin de journée et conseils de suivi.

Pour les pédicures : une semaine de pratique en janvier est consacrée spécifiquement à cette activité scientifique et technique :  exercices pratiques sur photos et documents en plus du parage, soins des onglons, relevé de lésion, conseil à l’éleveur et pose d’un diagnostic cheptel.

En milieu professionnel, pour les pédicures bovins, il existe depuis 4 ans des logiciels d’enregistrements et d’analyse des lésions podales des bovins.

Une vache marchant mal peut être détectée à ce jour par un podomètre. La chaleur d’un membre gonflé peut être détectée par une caméra thermique. Une caméra avec analyse d’images peut enregistrer une posture de soulagement d’un membre. Un plateau de pesée peut également détecter des modifications d’appui d’un animal qui boite.

Mais l’œil humain avec un peu d’apprentissage est capable en quelques secondes de détecter l’ensemble de ces soucis de locomotion sur une vache bien plus rapidement que les capteurs en élevage de précision.

Seul l’humain est capable d’analyser et d’agir rapidement.

11.  Productions réalisées :
Parage d’une douzaine d’animaux par jour.

Réalisation d’un relevé de lésions, conseils de soins et suivi des animaux, réalisation d’un diagnostic cheptel.

Réalisation d’audit boiterie et confrontation de solutions proposées aux éleveurs en fonction.

12.  Intervenants ou interlocuteurs extérieurs :
·         Marc Delacroix       MD Formation

·         Gilles Thomas (IDELE)

13.  Analyse de la séance / séquence (atteinte des objectifs, les réussites de cette activité (ce qu’a permis cette activité ?), ce qui a facilité la réussite, les difficultés rencontrées, les points de vigilance, si c’était à refaire etc.).
Bilan : connaissances théoriques et acquisition de gestes techniques pour travailler en sécurité pour les hommes et les animaux.

Mise à disposition d’un cheptel d’animaux avec des boiteuses et sub-boiteuses.

Observation des animaux boiteux avant et après soins, conseils de suivi.

Nécessité de travailler en petits groupes avec du matériel de sécurité.

La réussite de cette activité est la prise de conscience des éleveurs de leur propre capacité à regarder leurs vaches marcher et adapter les soins à apporter. Ils comprennent l’importance d’intégrer les maladies des pieds dans le plan de travail de l’élevage et et de disposer de tous les outils de précision nécessaires à la mise en œuvre. Un œil pour observer les vaches et des connaissances pour agir rapidement en conséquence.

Les outils informatiques du pareur permettent un suivi précis dans le temps du niveau de boiterie d’un cheptel et qualitatif des lésions podales rencontrées.

14.  Quelques témoignages des apprenants (verbatim ou réactions)
Formation beaucoup demandée de par son activité terrain.

Des résultats rapides : conseils de soins, de gestes techniques appris pour travailler en sécurité, sujet d’actualité. « Je ne regarde plus mes vaches marcher de la même façon ». « Les investissements prévus dans mon élevage (mise en place de logettes) ne correspondent pas à ce que je souhaite : les mammites en aire paillée, je gère ; les problèmes de pieds, je n’en veux pas plus. »

L’équipement en outils numériques des pareurs permet une évolution du métier : en plus de tailler la corne des vaches, on devient technicien conseiller sur les problèmes de boiteries.

15.  Quelques témoignages des enseignants/formateurs impliqués (et/ou autres intervenants)
Formation toujours intense par la vigilance de tout instant (vaches, apprenants, matériels coupants et électriques) mais avec des résultats immédiats sur les apprenants et les animaux.

La majorité des vaches marchent mieux après un acte de parage. Après 3 jours de formation, les gestes et le regard des éleveurs s’améliorent.

16.  Liens outils/supports/références qui ont servi :
www.boiteriesdesbovins.com

10 témoignages sur l’élevage de précision.

Des colliers d’activité pour optimiser les performances de reproduction des vaches allaitantes à l’EPL du Bourbonnais Découvrir
Détecter et maitriser les boiteries dans son cheptel, à l’EPLEFPA de Rennes Le Rheu Découvrir
Réaliser une bande dessinée sur l’agriculture du futur, au Lycée agricole Albi-Fonlabour Découvrir
Raisonner l’investissement dans un dispositif d’alimentation automatisé avec comme point de départ un voyage d’études, à l’EPL du Bourbonnais Découvrir
Étudier les nouvelles technologies en élevage dans le cadre d’un module d’adaptation professionnelle, à la MFR de Loudéac. Découvrir
Analyser des données issues de capteurs pour interpréter l’information et aider à la prise de décision à AgroCampus Ouest Découvrir
Prise en main et utilisation quotidienne d’une installation de traite robotisée au CFA de Canappeville Découvrir
S’initier à l’élevage de précision et comprendre la logique de mesure et de traitement de l’information, à AgroSup Dijon. Découvrir
Vers une représentation objectivée de l’élevage de précision et de ses impacts, à AgroSup Dijon Découvrir
Mise en œuvre d’un robot de traite et opérations de maintenance préventive à Vesoul Agrocampus. Découvrir

Ce travail s’est réalisé dans le cadre d’un projet animé par Monique Varignier, inspectrice pédagogique de l’enseignement agricole, d’Emmanuelle Zanchi, animatrice du collectif Reso’them de la transition agroécologique/élevage de la DGER, Alexandre Burkhalter, enseignant en sciences et techniques des équipements agricoles, coordinateur licence professionnelle « Maintenance et technologie des systèmes pluritechniques: parcours GTEA et ARE » à Vesoul Agrocampus et de Pascal Pierret, enseignant chercheur à AgroSup Dijon.

Et bien sûr il faut remercier tous les contributeurs qui ont participé à cette analyse de situations pédagogiques.

 

FICHIERS A TELECHARGER

Descriptif : Sur l’élevage de précision. Monique Varignier, EmmanuelleZanchi et Pascal Pierret.
Sur-lélevage-de-précision-1.pdf

VIDEOS

 

Mots-clés : Agroécologie, Analyse de pratiques pédagogiques, Exploitation agricole, halle, atelier

Voie de formation : Formation continue
Niveau de formation : IV (Bac pro, Bac général)
Initiative du dispositif : Locale
Structure d’appui : Etablissement National d’Appui

Etat de l’action : Terminée
Nature de l’action : Innovation
Etablissement National d’Appui : AgroSup Dijon

 

COMMENTAIRES

Aucune entrée trouvée

Ajouter un commentaire