Un observatoire participatif pour concevoir et diffuser des stratégies de lutte alternatives contre les ravageurs des cultures

L’observatoire participatif des taupins est un partenariat entre l’INRAE et la MFR de Fougères. Il prend racine dans le projet Ecophyto STARTAUP, pour STratégies Alternatives aux néonicotinoïdes dans la maîtrise de la nuisibilité des TAUPins sur culture de maïs.

Ce projet s’inscrit dans une démarche de sciences participatives associant acteurs de la recherche et acteurs de l’enseignement dans l’objectif commun de produire la connaissance nécessaire à la compréhension et à la prévision du risque de dégâts causés par les larves de taupins. Du point de vue de l’établissement d’enseignement, l’enjeu est de proposer une pédagogie de projet, qui s’appuie sur une expérience de recherche réelle, susceptible d’engager et d’intéresser les élèves à s’approprier des matières un peu nouvelles pour eux, comme l’agronomie, mais aussi pour servir de support à de nombreuses applications dans différentes disciplines : biologie écologie, mathématiques, communication, informatique, etc.

Le partenariat est gagnant-gagnant. Cela apporte une plus-value pour les élèves dans leurs apprentissages, et à travers eux, pour leur maître de stage qui sont aussi des agriculteurs du territoire. Cela apporte aussi une plus-value pour le projet puisque ça permet d’augmenter le nombre de données collectées.

A la rentrée 2020, l’observatoire participatif entre dans sa deuxième année d’expérimentation. Le témoignage ci-après s’appuie sur les propos recueillis lors de la journée de lancement de la campagne d’échantillonnage 2020/2021. Il présente le déroulement de l’action et les principales réalisations des enseignants et des élèves.

Nous remercions particulièrement l’équipe projet de l’action :

  • Jean-Bernard Fretay et Floriane Bonnard, formateurs à la MFR de Fougères,
  • Estelle Meslin, enseignante dans l’enseignement agricole, et consultante au côté de l’INRAE et de la MFR pour organiser et co-animer les temps forts du dispositif pédagogique adossé à l’observatoire participatif,
  • Ronan Le Cointe, Centre INRAE Bretagne-Normandie, UMR IGEPP, Rennes / Le Rheu,
  • Ainsi que Théo et Paul élèves en seconde pro à la MFR de Fougères, Magali Piederriere enseignante en biologie-écologie au Lycée du gros chêne à Pontivy et référente régionale « EPA », ainsi que Eric Plaze, chargé de missions innovations expérimentations à la Draaf-Srfd Bretagne.

Lien vers le témoignage complet : https://pollen.chlorofil.fr/toutes-les-innovations/monparam/3811/

 

Rédaction : François Guerrier, L’Institut agro, Agrocampus-ouest, mars 2021

One comment

  • Bijr chers amis du TERRAIN, du TERRITOIRE,
    Je me sens appartenir et être complètement solidaire de ce protocole de recherche ds lequel s’implique MFR de FOUGERES. Je peux témoigner de la genèse de ce projet de partenariat ds lequel MFR s’est engagée. Les premières séances du comité de pilotage de départ impliquaient les « hommes pionniers » d’une telle démarche; ainsi, Ronan LE COINTE s’est retrouvé entouré de Jean Pierre LEGUERINEL Président de l’asso de gestion de MFR FOUGERES, Henri Claude GAUTIER Directeur de la MFR de FOUGÈRES, Jean François OLIVIER chargé de mission sur le développement recherche à la MFR de FOUGÈRES, Jean Bernard FRETAY moniteur à la MFR de Fougères chargé de l’animation et des enseignements des modules d’agronomie et de phytotechnie et moi même Edmond BOURGES moniteur retraité chargé antérieurement des enseignements et animation des modules d’agronomie, phytotechnie (études des cultures) et agroequipement (machinisme).
    La restitution de ces engagements entrés ds leurs phases d’application montre la cohérence entre ces mondes de la recherche et de la formation. La plupart des intervenants montrent leur parfaite connaissance du système pédagogique de l’ALTERNANCE pour réussir un tel partenariat; les propos justes de chacun le prouvent…
    Je souhaite bon vent à tous pour garder l’cap sur ces projets pertinents et profitables pour toutes les parties; tout particulièrement aux élèves en démarche et acquisition de connaissances nécessaires pour leur discernement et capacités à décider de façon pertinente quelles stratégies et itinéraires ils devront imaginer et piloter pour rester cohérents avc les défis du moment et de demain…les solutions alternatives doivent faire l’objet de leur implication pour gérer et cultiver autrement et régénérer des sols capables de répondre à ces défis…
    Bonne continuation à toutes les équipes. BRAVO.
    Le veilleur éveillé Ed

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.